Le parfum et l’amour

7 juillet 2019
, 0 Comments

Le parfum, cette essence subtile, à l’empreinte si forte et si tenace. Poivrées, fruitées, sucrées, acidulées, chaudes ou fraîches, les effluves séduisent, captivent, enflamment l’imaginaire et réveillent nos sens. Un petit plus qui nous habille, et en dit long sur nous. Un petit rien qui donne envie… Comment le parfum joue-t-il son rôle dans l’amour ? Pascal Anger, psychothérapeute, nous apporte quelques réponses.

Le parfum est un appel invisible mais puissant. Les parfumeurs le savent bien. Dans leurs campagnes publicitaires, ils soulignent souvent le caractère irrésistible et envoûtant de leur parfum. Il nous fait perdre la tête, nous capture, nous enivre, nous donne le vertige. Les fragrances orientales nous promettent des frissons, des nuits intenses, les notes florales nous invitent à découvrir les lumières étincelantes de l’amour fou, les notes boisées nous rendent mystérieuses, charmeuses et audacieuses … Chaque essence a son histoire, son intention, son pouvoir. Déclaration d’amour, idylle, sensualité, séduction, pourquoi le parfum est-il autant connoté à l’amour ?

Le parfum révélateur d’émotions

« Un parfum véhicule des souvenirs, des réminiscences. On peut être ému, voire même, hypnotisé par un parfum. C’est un puissant moteur de libido, à conditions que les essences parfumées, créées pour séduire, ne masquent pas les essences corporelles.

Il est des parfums pulpeux et envoûtants, des parfums qui semblent fêter les sortilèges et permettent la séduction. Le parfum a comme une dimension érotique, surtout quand il se mêle à l’odeur de la peau. » explique Pascal Anger.


Les hommes parlent beaucoup des femmes mais peu de leur parfum. L’odorat n’a pas beaucoup de vocabulaire pour eux, pourtant le message olfactif suscite une émotion forte.

Pascal Anger

Activateur d’émotions, rappel du passé, stimulateur du désir, renforçateur de séduction, une cascade d’effets qui nous permet de mieux comprendre les pouvoirs ensorcelants des fragrances.

 Un pouvoir d’autant plus prégnant qu’il plonge ses racines dans le système olfactif, extrêmement complexe, à l’origine de l’odorat, tout premier sens à se développer au cours de l’embryogenèse. Les réactions aux odeurs sont, avant toute chose, liées aux conditions de survie de l’espèce. C’est pour cela qu’elles sont connectées aux aires cérébrales, impliquées dans les processus de décision, de récompense mais également de la peur, des plaisirs ou de la mémoire. Ainsi, nous percevons l’odeur en tout premier lieu, comme une émotion qui nous indique si l’on aime ou si l’on n’aime pas.

L’odorat, essentiel à la vie

Les odeurs accompagnent nos vies, dès la plus petite enfance, rappelle Pascal Anger. « L’être humain est doté d’une enveloppe visuelle mais aussi olfactive. Dès son arrivée au monde, le bébé sait reconnaitre l’odeur de sa mère. Les parfums d’enfance et d’adolescence laissent des souvenirs indélébiles à qui sait se souvenir. »

Il semblerait  donc que l’odorat joue un rôle essentiel dans notre vie. C’est d’ailleurs, par l’odeur dit-on, que la femme choisit le père de ses enfants. Pourtant Pascal Anger précise que « Avec le temps l’homme a perdu l’habitude animale de flairer l’autre sur son chemin. »

Il ajoute que « Les hommes parlent beaucoup des femmes mais peu de leur parfum. L’odorat n’a pas beaucoup de vocabulaire pour eux, pourtant le message olfactif suscite une émotion forte pour qui sait humer l’autre sur son passage… Il y a des odeurs plus ou moins agréables, il y a des odeurs qui interpellent et qui donnent envie. »

Redécouvrir le pouvoir des sens

Sans doute faudrait-il alors nous reconnecter à notre corps, à nos sens, et en particulier à notre odorat, pour redécouvrir des sensations et des émotions, effacées par nos habitudes culturelles et éducatives.

Et si, pour entreprendre cette redécouverte, nous commencions par un petit parcours de questions ?

« Choisir son parfum n’est pas facile, le parfum révèle une personnalité. » nous dit Pascal Anger. Pour mieux nous connaître et connaître les autres, il propose de répondre à ce petit questionnaire ludique, non exhaustif, que l’on peut augmenter à notre guise.

Pour finir sur une note glamour, Pascal Anger évoque cette réponse mythique de Marylin Monroe qui déclare un jour, à la curiosité d’un journaliste, que pour dormir, elle porte juste…quelques gouttes de parfum.

A méditer… nu(e), de préférence.

Redécouvrir le pouvoir de nos sens

Laisser un commentaire

Votre adresse mail ne sera pas publiée.