8 questions à se poser pour une sexualité 100% épanouie

3 octobre 2018
, 0 Comments

8 questions à se poser pour une sexualité épanouie. Besoins et désirs différents, fréquence des rapports sexuels, baisse de libido… Ce sont souvent les mêmes questions qui confrontent les couples à la mésentente sexuelle. Alors, pour éviter les bouderies chacun retourné dans un coin du lit, ou les nuits froides, tristement exilé(e) sur le canapé du salon, pourquoi ne pas en parler ?

8 questions à se poser pour une sexualité épanouissante et rebondissante dans notre vie à deux… Un petit effort qui vaut son pesant d’or !

Nombreux sont les couples qui ont du mal à trouver un bon équilibre entre leurs désirs différents. Ils ne parviennent pas à mettre en place un rythme qui respecte la nature de chacun. Ainsi, frustrations et insatisfactions prennent le pas sur le plaisir.

Si quelque chose ne passe plus entre nous, que nous ne nous touchons plus, ne nous embrassons plus, c’est que notre sexualité est en berne et qu’il est temps, pour nous, de nous poser les bonnes questions :

« Que s’est-il passé ? »  » Comment retrouver nos heures complices et le plaisir de faire l’amour ensemble ? »

Ennuie, rapport douloureux, manque de plaisir dans nos relations sexuelles, absence de désir… Quelques soient les raisons de nos désamours érotiques, lorsque l’on est en souffrance ou malheureux (se) dans notre couple, la meilleure des choses est d’en parler.

8 questions à se poser pour mieux se comprendre, mieux se connaître et construire une sexualité épanouie dans notre couple. Pour être heureux à deux, il est important que chaque partenaire se sente reconnu et entendu dans l’expression de ses désirs, ses besoins physiques et amoureux.

Afin d’avancer dans cette connaissance de l’autre, il existe quelques questions clés qui permettent de découvrir précisément ce que souhaite notre partenaire dans sa vie sexuelle.

 

 8 questions à se poser pour une sexualité 100% épanouie

Quelle place voulons-nous accorder à la sexualité dans notre couple ?

Parmi les 8 questions à se poser pour vivre une sexualité épanouie, celle-ci paraît incontournable car elle répond au bon dosage qui fera l’équilibre de notre couple. Considérons-nous que la réussite d’un couple est basée sur 50% de communion affective et 50%  de sexe ? La sexualité est-elle essentielle au bonheur de notre vie à deux ou, au contraire, pouvons-nous nous en passer ? Peut-on être bien sans sexualité, et se satisfaire d’un désir amoureux qui procure apaisement et bien-être ? Se prendre dans les bras, s’embrasser, se témoigner de la tendresse et de l’attention suffisent-ils à notre sentiment d’être aimé ? Avons-nous besoin de faire l’amour passionnément pour nous sentir combler ? Il est important de formuler clairement notre position et nos souhaits sur ces questions.

A propos de la fréquence

Nous n’avons pas tous envie de rapports sexuels au même moment et dans les mêmes intervalles. Or, la fréquence des relations intimes avec notre partenaire peut devenir une vraie source de tension et de souffrance. Comprendre que la frustration d’un désir sexuel non assouvi est d’origine psycho-affective et non pas physiologique, comme on a pu le croire longtemps, peut nous aider à mieux se connaître l’un et l’autre.

Ainsi, chaque partenaire, en fonction de son histoire, de sa culture, de ses blessures d’enfant n’éprouve pas le désir de manière identique. Ce sera alors aux deux membres du couple de savoir comment combler et répondre au mieux à ce désir de donner et de recevoir de l’amour.

Que voulons-nous garder ?

On exprime ce qui nous plaît, nous fait plaisir et nous satisfait tous les deux dans nos relations sexuelles. C’est peut-être les baisers, les préliminaires, laisser l’autre s’exprimer pendant l’acte sexuel, se laisser guider, prendre le temps de s’explorer, de se connaître, tester de nouvelles pratiques, préparer l’ambiance, créer une atmosphère érotique… Chaque couple est différent.

Que voulons-nous enlever ?

On explique tout ce qui nous dérange et ne nous procure pas de plaisir. C’est peut-être du sexe trop rapide, trop brutal, trop fort, qui dure trop longtemps, des positions qui font mal liées à une absence de lubrification ou à la position en elle-même, une focalisation excessive sur le plaisir de l’autre ou ses parties génitales, des pratiques qui se réfèrent à la pornographie… Les deux partenaires osent dire ce qu’ils ressentent ou subissent.

Que voulons-nous demander ?

Peut-être avons-nous envie de faire évoluer l’amour entre nous, de le faire autrement, plus souvent, ou avec plus de préliminaires  ? Consacrer plus de temps au moment qui précède le rapport sexuel est fréquemment une demande féminine. La femme a besoin de plus de temps que l’homme pour faire monter le désir.

Caresses, tendres baisers,  massages doux, sms coquin envoyé dans la journée, mot doux soufflé à l’oreille avant de partir… Autant de préliminaires qui annoncent la prometteuse complicité que nous allons partager à deux dans nos moments intimes.

Que voulons-nous refuser ?

On peut avoir envie de refuser certains fantasmes de l’autre que nous ne nous sentons pas capables de réaliser. Un des deux partenaires peut se sentir mal dans une position particulièrement prisée par l’autre. Il (elle) peut la ressentir comme douloureuse ou humiliante. Certains mots lâchés  dans le feu de l’action risquent de choquer notre partenaire et saper son envie de faire l’amour. Cela peut être aussi une intensité, un rythme ou une durée de l’acte sexuel qui ne nous convient pas. Pour ne pas accumuler les rancœurs, à nous d’être clair, de ne pas tout accepter de notre partenaire et de savoir dire non.

Que voulons-nous donner ?

Avons-nous envie de donner plus que de recevoir dans l’acte sexuel ? Est-ce un manière de faire ressentir à l’autre ce que nous ne sommes pas capables de lui exprimer ? Que sommes-nous prêts à lui donner ? Sans être un sacrifice, qu’avons-nous envie d’offrir à notre partenaire pour lui faire plaisir ? C’est peut-être une position qui lui plaît tout particulièrement, un fantasme qu’il (elle) brûle de réaliser avec nous ?

Ce qui est certain, c’est que pour bien donner à son partenaire amoureux, il est nécessaire de bien connaître auparavant ses besoins, ses désirs, ses envies.

Que voulons-nous recevoir ?

Si pour nous l’acte sexuel est un moyen d’exprimer la profondeur de nos sentiments, nous aurons envie de recevoir certains gestes, certaines paroles, une certaine manière de faire l’amour.

Si notre envie est de ressentir un maximum de plaisir et d’atteindre l’orgasme, nous apprécierons d’être stimulé(e) en retour selon nos désirs. Chaque membre du couple a une perception différente de la relation sexuelle. En parler tranquillement crée un climat de confiance , augmente le lien entre les deux partenaires et favorise un bien-être partagé.

Qu’aimons-nous dans la sexualité ?

Vivons-nous la sexualité comme un lâcher-prise, une détente ? La rapport sexuel est-il un moyen pour nous de dépasser nos tabous ? Est-ce la fusion des corps et le sentiment de ne faire qu’un qui nous attirent particulièrement dans l’acte sexuel ? Avons-nous besoin de matérialiser physiquement notre sentiment amoureux ? La relation intime nous permet-elle de dire avec notre corps ce que l’on se sent incapable d’exprimer avec des mots ? Aimons-nous les sensations de plaisir intense que la sexualité nous procure ? Cela nous permet-il de nous rapprocher vraiment et de mieux nous connaître ?

Ce que chacun de nous aime dans la sexualité varie selon notre éducation, notre enfance, notre vécu personnel, notre culture. Echanger tous les deux sur cette question est un excellent moyen de s’ouvrir à l’autre, et de préparer ensemble notre épanouissement sexuel.

 

Une sexualité joyeuse, vraie, partagée

En abordant ces 8 questions à se poser ensemble et en osant dire ce que l’on ressent vraiment, nous nous sommes énormément  rapprochés l’un de l’autre. Nous nous sommes libérés de nos tabous, de nos peurs, de nos angoisses. De cette manière, nous avons pu créer notre propre sexualité. Une sexualité qui n’appartient qu’à notre couple, unique, originale et 100% positive.

Et puisque nous savons que rien n’est jamais acquis, mais aussi parce que nous avons appris à mieux nous comprendre et nous connaître, nous continuerons d’évoluer ensemble… pour sublimer l’amour.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse mail ne sera pas publiée.