Le plaisir au féminin à l’ère du zéro défaut.

7 septembre 2016
, 0 Comments

Le plaisir se vit différemment chez l’homme et chez la femme. Tandis que l’homme éprouve naturellement et facilement le plaisir, il semblerait que, pour la femme, l’accès au plaisir soit plus compliqué. Le poids de l’éducation et la pression culturelle seraient à l’origine de cette différence.

Le plaisir au féminin, malgré la libéralisation sexuelle, n’est pas encore libéré. Pourquoi ? Obsédée par une image zéro défaut, la femme ne se pardonne rien et s’inflige un paraître connecté à l’image qu’on lui enseigne depuis son enfance. La femme oublie ses sens au profit des apparences. Ainsi, plutôt que de se laisser aller dans sa sensualité, elle se contrôle sans arrêt et s’enfonce dans la culpabilité. Tout se passe comme si son éducation au paraître venait court-circuiter sa recherche du plaisir. Il faut bien l’admettre, et même si certains parents s’en défendent, l’éducation des filles n’est pas la même que celle des garçons. La fille apprend à incarner l’image de la beauté féminine, attrayante et sage, qui prend soin de son apparence au détriment de son plaisir. Le garçon, lui, apprend à développer son agressivité et à affirmer sa propension au plaisir. C’est pour cette raison que le plaisir semble naturel et évident pour l’homme. C’est aussi ce qui   expliquerait, entre autre, que l’homme ait plus de facilité à jouir que la femme. En clair ça veut dire quoi ? Pour la femme, sois belle et retiens-toi ! Pour l’homme, sois fort et réjouis-toi ! Quelle contradiction ! Pas étonnant que le couple ne s’accorde pas toujours et devienne alors un champ de bataille.

Retourner aux sources de nos sensations primitives

Comment rééquilibrer tout ça ?  D’abord, Il serait bon que la femme se regarde avec plus de bienveillance et d’indulgence. Elle a le droit de désirer, d’être désirable et d’explorer les chemins du plaisir, même si elle n’est pas parfaite. Elle doit apprendre à ne plus se regarder avec intransigeance à travers le regard des autres. Cela passe notamment par une reconnexion avec ce qu’elle ressent profondément dans son corps : retourner aux sources de ses sensations primitives en se mettant à l’écoute de ses cinq sens lui permettra de nouer une nouvelle relation avec son corps. En se reconnectant avec ses sens, elle se donnera l’occasion d’expérimenter le plaisir. En explorant diverses sensations à travers le goût, l’odorat, la vue, l’ouïe, le toucher, elle développera l’expérience du plaisir. Et comme les bonnes choses n’arrivent jamais toutes seules, il serait bon aussi que l’homme soit plus à l’écoute de la satisfaction du plaisir de la femme. Dans la relation sexuelle, le plaisir n’est pas une quête de jouissance et de performance. Le plaisir se goûte  dans un même temps et se partage à deux.

Alors, pour atteindre le bien-être dans le plaisir, cessons de nous imposer une image, vivons tout simplement !

 

 

 

heureux en couple grâce aux pensées positives tableau haut

Ce que je mets dans mon escarcelle pour construire ma pensée positive :

Je me libère du poids de mon éducation

J’apprends à ne plus dépendre du regard des autres

Je suis bienveillante et indulgente avec moi-même

Je suis désirable même si je ne suis pas parfaite

Je suis à l’écoute de mes sens et j’apprends à les cultiver

J’accède au plaisir comme une source de bien-être

heureux en couple et pensées positives, tableau bas

 

Laisser un commentaire

Votre adresse mail ne sera pas publiée.