Pourquoi les femmes n’ont plus envie de faire l’amour ?

14 septembre 2017
, 2 Comments

Pourquoi les femmes n’ont plus envie de faire l’amour ? Dany Paolini, la conférencière, spécialisée dans la dynamique du couple, trouve des réponses à travers les confidences des nombreuses femmes qu’elles a écoutées. Dans son livre « Pourquoi je n’ai plus envie de faire l’amour avec l’homme que j’aime ? » paru aux Editions Bérangel, elle explique comment éviter l’éloignement sexuel de la femme et favoriser une relation harmonieuse dans le couple.

Pourquoi les femmes n’ont plus envie de faire l’amour ? Une question bien complexe que les femmes elles-mêmes ont du mal à cerner. En écoutant leurs histoires personnelles, Dany Paolini, fait des recoupements avec l’histoire de l’humanité. Elle rappelle que des différences archaïques et fondamentales séparent les hommes des femmes. C’est ce qui génère cette incapacité à se comprendre vraiment entre homme et femme, et cette manière, tout à fait opposée, d’aimer. Cela remonterait, en partie, à notre préhistoire.

 

 L’homme ne se serait pas construit de la même manière que la femme.

Quand, aux temps des cavernes, l’homme apprenait à taire ses émotions et ses peurs, la femme apprenait à les cultiver. Quand, une fois parti à la chasse, l’homme se consacrait essentiellement à son rôle de chasseur, la femme, restée dans la grotte, attendait son retour. Elle apprenait ainsi à aimer de manière continue, à l’inverse de l’homme qui apprenait à aimer de manière discontinue.

Or, de nos jours, la femme qui aime de manière continue a du mal à croire qu’on peut aimer autrement, « Pour la femme, c’est le tout ou c’est le vide ! » explique Dany Paolini.

Ainsi, lorsque l’homme a tendance à la délaisser un peu trop, en privilégiant sa carrière professionnelle ou ses activités extérieures, par exemple, la femme a moins envie de faire l’amour. Car, pour exprimer son amour, la femme a besoin, avant tout, de se sentir en sécurité et aimée.

 

Des différences à l’origine des discordances homme-femme

Au cours de ses consultations, Dany Paolini entend les femmes parler des hommes. Ce qui les intéressent en priorité, c’est le corps, disent-elles. Ils veulent d’abord recevoir du plaisir puis en donner à leur tour. Pour ce qui est de ressentir l’amour de la partenaire et communiquer son amour, ça vient après.

C’est exactement le contraire chez les femmes. Elles font passer l’âme avant le corps. Elles veulent d’abord ressentir l’amour du partenaire pour lui communiquer son propre amour. Recevoir du plaisir, puis donner du plaisir viennent au second plan.

Pas étonnant alors que la relation sexuelle soit, trop souvent, source de frustrations pour la femme. Sa propension à la bienveillance, et à la compréhension mais aussi sa tendance craintive et son besoin de sécurité n’arrangent rien. « Les femmes n’osent même pas manifester leurs besoins intimes ! Trop amoureuses de leur bien-aimé, avec la crainte de le blesser ou pire, de l’éloigner, elles s’enferment dans des silences douloureux où l’harmonie intime perd la joie des couleurs. » souligne Dany Paolini.

Quant à l’homme, il semblerait que ses croyances viriles l’aveuglent. Elles creusent l’éloignement entre les deux sexes. La dureté du pénis de l’homme ne suffit pas à rassurer la femme sur l’amour qu’il lui porte. Inutile aussi de penser que la femme est prête à de fougueux ébats sans un passage obligé par des préliminaires. L’homme doit apprendre à respecter le rythme plus lent de la femme.

Face à ces différences, que faire ? Comment l’homme et la femme peuvent-ils parvenir à se comprendre pour partager une relation authentique et épanouissante ? Pour y répondre, Dany Paolini propose son quatuor de l’amour. 4 règles adressées aux  hommes pour être en phase avec leur partenaire et conserver leur amour. Aimer une femme est un apprentissage et un art qui se pratique dans la conscience et le respect. Pour cette raison, la relation sexuelle doit se faire dans une progression subtile.

 

 

Pourquoi je n’ai plus envie de faire l’amour avec l’homme que j’aime ?
Dany Paolini,
Editions Bérangel

 

 

4 phases pour une relation sexuelle épanouissante

  •   Elle insiste sur l’importance de dialoguer, de parler et de s’écouter avant même de se toucher. On s’ouvre sincèrement l’un à l’autre.
  •  Ensuite seulement, l’homme peut commencer à toucher délicatement le corps de la femme. Il doit être doux, tendre, caressant, pratiquer des gestes délicats sur tout le corps. Inutile de prendre la main de sa partenaire pour lui faire sentir son sexe en érection.
  • Au fil des caresses, « La femme non-brusquée par des attitudes inattendues et non-surprise de ce qui se passe sur son corps, passera naturellement de la tendresse amoureuse à une sensualité stimulante. » explique-t-elle.
  •  L’homme peut alors commencer à caresser les zones érogènes de la femme avec délicatesse et sans précipitation. C’est la phase de liberté dans laquelle chaque couple définit ses propres limites en terme de fantasmes, de gestes, de positions.

Elle précise toutefois que « …certaines femmes ne peuvent s’autoriser à descendre dans cet échange plus poussé pour des raisons religieuses, culturelles ou d’éducation. » C’est de l’ordre du Surmoi, cette instance psychique, mise en évidence par la psychanalyse Freudienne, qui impose une moralité stricte, formatée par les exigences parentales, sociales et  culturelles.

 

Et si l’homme et la femme pouvaient vivre l’accord parfait pour ce troisième millénaire ?

 

Il est vrai que la femme est toujours, malgré sa récente libération sexuelle, dépendante d’une culture et de représentations ancestrales. Elle doit en fait travailler sur deux types de dépendance. D’une part, elle doit apprendre à gérer ses peurs et ses inquiétudes enracinées dans sa mémoire préhistorique, celle notamment qui l’a poussée vers des besoins de protection, de sécurité, alimentant son besoin de communication et de compréhension vis à vis de l’homme. D’autre part, elle doit apprendre à s’affranchir de l’oppression et de la domination masculine qu’elle a subie durant plusieurs siècles, la soumettant, l’objétisant, la contrôlant et lui interdisant, par voie religieuse, de prendre du plaisir sexuellement.

Depuis, la femme s’est libérée , notamment grâce à la légalisation de la pilule par la loi du 28 décembre  1967. Mais ce n’est pas en 50 ans qu’on évacue des siècles de conditionnement. Il lui reste un long chemin à parcourir pour vivre, sans culpabilité, sereinement et naturellement sa sexualité de femme.

Par la même occasion, l’homme doit lui aussi apprendre à se déconditionner de ses schémas archaïques et socioculturels.

Selon Dany Paolini, il doit apprendre à écouter davantage la femme. Elle recommande donc aux hommes de parler avec leur femme de ces sujets pour éviter les silences et les frustrations qui la conduisent parfois à une baisse du désir sexuel pour des raisons enfouies et inavouées.

« Souvent, les femmes n’osent pas communiquer leur malaise sexuel car elles ont peur de blesser leur partenaire – virilité, ego et identité. » explique-t-elle. La femme doit d’ailleurs se montrer reconnaissante pour les efforts que l’homme réalise à ce sujet.

 

Se pourrait-il qu’un jour… ?

Alors, tout à coup un nouvel espoir nous effleure. Et si l’homme et la femme pouvaient vivre l’accord parfait pour ce troisième millénaire ? S’il était possible de vivre sereinement l’amour ? Si l’homme et la femme pouvaient enfin se comprendre et déjouer les pièges de leurs différences ?  Pour rendre cet espoir possible, il suffirait de reconnaître les disparités qui nous séparent, de les accueillir et de moduler nos comportements pour, forts de cette conscience éclairée, nous puissions enfin nous rejoindre et nous épanouir dans une relation apaisée.

 

Mais ne rêvons pas trop…

Cette apaisement ne viendra qu’après les troubles et l’embrasement. C’est le challenge du couple. Selon Dany Paolini, il faut développer une « tolérance réciproque face à nos diversités et nos limites » et se préparer « à subir une certaine dose de souffrance ». Si on doutait encore que cela puisse exister, cette fois-ci, c’en est fait des histoires d’amour style conte de fée !

Un livre intéressant, qui peut dérouter par sa présentation peu conventionnelle, alternant poésies et réflexion, mais vivant et concret par les nombreux exemples de patientes sur lesquels s’appuie Dany Paolini pour soutenir ses démonstrations. Il soulève des questions essentielles, sources du malaise de nombreuses femmes dans leur relation amoureuse. Il donne quelques pistes et conseils aux hommes en leur révélant les nouveaux critères culturels de la femme, et en listant les petits et grands manques de respect qui expliquent pourquoi les femmes n’ont plus envie de faire l’amour, parfois,  avec l’homme qu’elles aiment.

Belle lecture les amoureux !

2 reflexions sur : “Pourquoi les femmes n’ont plus envie de faire l’amour ?”

  • Elise Simplon vient de publier un article concernant un de nos ouvrages. Elle a su avec douceur, éloquence nous parler du livre de Dany Paolini. Je vous souhaite chers lectrices et lecteurs un bon moment dans l’univers de la relation intime du couple. Dany Paolini sait nous surprendre ! Et Elise Simplon également. Anna Sellam

    • Merci pour ce commentaire Anna. Merci également pour vos ouvrages qui ouvrent les consciences et nous apportent les nourritures essentielles dont nous avons tous et toutes besoin pour avancer ensemble vers une vie plus harmonieuse et plus sereine.

Laisser un commentaire

Votre adresse mail ne sera pas publiée.