La thérapie conjugale selon Yvon Dallaire

20 mars 2017
, 0 Comments

La thérapie conjugale, une solution pour sauver son couple. A ceux qui croient que le divorce règle tous les problèmes, Yvon Dallaire, psychologue,  répond « …la majorité des couples divorcent trop tôt« . Aveuglement, Incompréhensions, conduites destructrices à répétition, hommes et femmes ignorent souvent les mécanismes souterrains qui orchestrent, chaque jour, l’effondrement de leur amour.

La thérapie conjugale, une prévention contre l’échec du couple, un apprentissage contre les idées reçues. L’ expression « Un train peut en cacher un autre »… utilisée dans le cadre d’une campagne de sécurité ferroviaire visant à prévenir les usagers sur la potentielle succession des dangers, pourrait aussi servir de campagne pour les « usagers » du divorce. Dire « Attention, un divorce peut en cacher un autre » c’est en effet avertir les couples sur leur usage souvent trop précipité et peu réfléchi du divorce. C’est aussi se défaire de l’idée reçue qu’une rupture  est l’inévitable, l’incontournable, l’unique solution pour régler les difficultés relationnelles. C’est, par la même occasion,  se libérer de la croyance que la désunion règlera définitivement tous nos problèmes. Si c’était le cas, le taux de séparation ne serait pas exponentiel après un premier divorce. En effet Dans la chronique 25 de son livre Vivre à deux c’est mieux, le psychologue Québécois Yvon Dallaire,  explique « […] le taux de séparation des deuxièmes unions dépasse facilement 70% et […] celui des troisièmes unions dépasse 80%. » Éloquent non ?

 

Un couple en crise, ou un couple qui rencontre des difficultés récurrentes n’est pas forcément raté…

 

Quel enseignement peut-on  tirer de ces chiffres ? Yvon Dallaire, qui a reçu des dizaines de couples en crise dans son cabinet l’explique très bien. Nous répétons inconsciemment la même dynamique d’échec au travers de nos couples successifs. Tant que nous ne réalisons pas un vrai travail de prises de consciences sur nos attitudes d’échec, nos conduites destructrices, tant que nous ne prenons pas le temps d’observer et d’analyser le rôle que l’on joue dans notre relation,  nous reproduirons sans cesse les mêmes erreurs. D’une relation à l’autre, nous irons droit dans le mur ! « À preuve, ces jeunes hommes et ces jeunes femmes d’environ 35 ans qui viennent consulter parce que leur 5e (6e, 7e …) relation amoureuse amorcée depuis leur adolescence s’est encore terminée par un échec. » déclare Yvon Dallaire.

Un couple en crise, ou un couple qui rencontre des difficultés récurrentes n’est pas forcément raté, bon à jeter au tas obscur des nos déboires amoureux. Le divorce n’est pas nécessairement LA solution. Avant de vous séparer, consultez. Une thérapie conjugale permet de mieux cerner les raisons qui mènent au fiasco amoureux.  Elle aide à redresser la barre, ou prépare à vivre différemment sa prochaine relation. Les professionnels, formés à la relation d’aide et à la thérapie conjugale,  vous accompagnent et vos soutiennent dans votre démarche et vos besoins spécifiques.

 

Vivre à deux c’est mieux,
Yvon Dallaire,
Edt Quebecor

 

 

 Thérapie conjugale :  Yvon Dallaire privilégie une méthode tridimensionnelle.

La dimension pédagogique : Cette aspect du travail consiste à faire le point sur les connaissances de chaque partenaire sur la « réalité du couple« . Quelles sont les disputes types, à quelles contradictions sommes-nous confrontés, quelles sont les différences essentielles entre hommes et femmes, autant de questions, entre autres, permettant d’évaluer notre niveau de discernement sur le couple.

La dimension psychologique : La prise de conscience est primordiale. « croyances, pensées, attitudes, conditionnements, réactions, traumatismes infantiles, etc » On prend conscience des mécanismes qui orchestrent notre comportement et on accepte de se remettre en question.

La dimension expérientielle : Le thérapeute met un ensemble d’outils et de stratégies à la disposition du couple. Ils permettent aux deux partenaires d’éviter les erreurs types qui conduisent inévitablement aux disputes et aux insatisfactions. Ils propose des méthodes de gestion du conflit et de bonne communication, « Savoir demander sans exiger, savoir écouter et s’exprimer, savoir gérer ses émotions, etc., sont divers apprentissages que le thérapeute saura vous enseigner » précise  Yvon Dallaire.

Vous vous disputez de plus en plus souvent, vous ne vous écoutez plus, vous réagissez avec mépris aux propos de votre partenaire, vous êtes dans la critique et la provocation ? Il est peut-être temps de sortir le drapeau blanc et d’aller consulter tous les deux. Vous pouvez encore éviter le pire.

A vous de jouer les amoureux !

 

Enregistrer

Laisser un commentaire

Votre adresse mail ne sera pas publiée.