L’infidélité, une virage à négocier

24 mars 2017
, 0 Comments

L’infidélité, ça n’arrive pas qu’aux autres. Un jour, alors que tout allait bien, tout bascule. On vient d’apprendre que notre partenaire avait une  relation secrète avec une autre personne. L’être,  qui avait jusqu’alors toute notre confiance, devient notre pire ennemi.  Que faire lorsqu’on le découvre ? Est-il possible de restaurer la confiance et de reconstruire l’amour ? Réponse d’une psychanalyste et d’un psychiatre dans l’émission « Grand bien vous fasse » sur France Inter.

L’infidélité, un petit plaisir pour un grand risque ? Le plus définitif étant la séparation. Le plus important étant la souffrance. Apprendre que l’on est trompé(e) c’est d’abord un effondrement, la sensation de vivre une immense fracture.  Comment imaginer que l’on puisse un jour être trahi par la personne à qui l’on donne tout notre amour ? Difficile d’y croire. Difficile de l’accepter.

Interrogé par Ali Rebeihi, le psychiatre Christophe Fauré l’explique ainsi « Il y a une énorme brèche qui peut mettre en profonde insécurité. On a une représentation de soi, je suis telle personne et je vis avec telle personne, et on se rend compte que cette autre personne qu’on croyait être ce qu’elle était présente un autre visage. Il y a quelque chose de menaçant…il est capable de faire ceci, il a posé certaines règles, certaines valeurs, il est en train de les enfreindre…il y a un profond déséquilibre. »

Il n’y a plus de repères, plus d’acquis, juste un terrain qui bouge, un tremblement de terre qui déconstruit tout. Dans ce désastre, les réactions ne se font pas attendre :  souffrance, colère, rejet, incompréhension du côté de la personne trompée. Culpabilité,  douleur mais aussi incompréhension du côté de linfidèle.

 

L’infidélité fait des dégâts

Souvent, l’infidélité a des origines sournoises. Sophie Cadalen, psychanalyste,  parle notamment, d’une infidélité « contre l’autre, contre son partenaire[…] Est-ce qu’on vient secouer quelque chose dans le couple, est-ce qu’on vient provoquer l’autre, est-ce qu’on vient se venger… quelquefois ça fait suite à d’autres infidélités aussi. » Tromper, dans ce contexte, c’est régler ses comptes dans la confusion, l’urgence et la maladresse. C’est faire avant de réfléchir. C’est prendre un virage à toute vitesse sans se soucier des conséquences que cela peut avoir. Car l’infidélité, crée des dégâts. Lorsqu’on découvre qu’on a été trompé(e), ça passe où ça casse. Pour ne pas perdre sa relation, il va falloir négocier sérieusement le virage.

 

Poursuivre ou arrêter la relation ?

Après l’infidélité, on se demande quoi faire ? Si l’on décide de poursuivre, ce qui est certain, c’est que plus rien ne sera jamais comme avant. Et heureusement ! Car, si cette situation d’infidélité s’est déclenchée, c’est que quelque chose ne fonctionnait pas.

Christophe Fauré explique que si l’on est dans la décision de faire repartir la relation, il est indispensable de réaliser une « relecture de ce qui se passe dans le couple. »  Il doit se reconstruire autrement. Pour cela il faut s’interroger sur les raisons profondes de l’infidélité. Quelles étaient les motivations réelles de la personne infidèle ? Il est important de faire le point afin de comprendre, à deux ce qui manquait, ce qui dysfonctionnait et surtout ce que l’on peut maintenant corriger, modifier pour que ça fonctionne « que découvrais-tu de toi dans cette autre relation qui éventuellement pourrait être vécu dans notre propre relation ? »

Sophie Cadalen ajoute « Plus que pardonner, il faut transformer, reconstruire. » Il s’agit d’être l’acteur(trice) de sa relation. Au-delà de la faute commise, de la trahison, de la souffrance, de la confiance brisée, si l’on veut continuer il est vital de s’interroger « Qu’est-ce qu’on a fait ensemble pour en arriver là ensemble ? »

 

Une séparation après une infidélité c’est quand le partenaire qui a été infidèle n’est pas capable de prendre toute la mesure de l’intensité de la souffrance de l’autre.

 

Que faut-il faire pour reconstruire son couple ?  La reconstruction ne se fait pas toute seule, avec le temps. Il faut travailler sur soi et ensemble. Il faut faire le deuil de l’image idéale qu’on s’était faite de son couple.  Le mythe est cassé. Il va falloir dire ce qui fait mal,  exprimer sa douleur, la faire reconnaître à son partenaire. Sans honnêteté, sans authenticité et sans prise de conscience, rien ne pourra se reconstruire. Souvent ce qui génère une séparation après une infidélité, c’est quand le partenaire qui a été infidèle n’est pas capable de prendre toute la mesure de l’intensité de la souffrance de l’autre. »On ne mesure pas quand on trompe les dégâts que ça peut provoquer. » explique Sophie Cadalen.

Christophe Fauré parle de l’importance d’apaiser la colère. Quand un couple repart après une infidélité c’est que « Le pardon est proportionnel à l’intensité de la colère. Quand on est très en colère, la propension à pouvoir pardonner est extrêmement basse. Plus la colère diminue, plus la capacité à pardonner augmente. Donc travailler le pardon dans l’infidélité, c’est au bout du compte travailler la colère, le ressentiment, l’amertume qu’on ressent vis à vis de la situation ou de son compagnon. »

 

Travailler sur soi et sur son couple

Un double travail, à la fois sur soi et sur son couple est donc à réaliser. Ce n’est pas facile et ça peut être long. Pour la personne trompée, le choc n’est jamais totalement effacé. La confiance trahie renvoie à un sentiment d’insécurité. Sophie Cadalen parle des troubles que cela génère « On voit des syndromes de stress post-traumatiques avec la compulsion d’aller fouiller dans le téléphone, dans les mails, la compulsion d’aller sur les lieux où on suspecte, se mettre en surveillance…tout ça ce sont des comportements vraiment obsessionnels qui peuvent véritablement freiner la reconstruction. Il y a presque un travail sur la post-traumatique et aussi sur l’identité, l’estime de soi, le regard que l’on porte sur soi « je suis une personne que l’on peut tromper, qu’est-ce que ça dit de moi ? »

 

 Oublier la bienséance et révéler son humanité

La souffrance n’est jamais belle. Elle fait crier et faire des grimaces. Rien ne se reconstruira dans le « bien paraître ». Sophie Cadalen explique à ce sujet « Il ne faudra pas hésiter à mal communiquer et même à dire des choses qui nous débordent, et même à se trouver minable dans la façon dont on exprime sa douleur. Il y a peut-être une obligation a être un peu moins tenu, un peu moins en contrôle, un peu moins parfait et quelque part brasser dans ce qu’il y a de plus vivant et de reposer la question encore une fois « Qu’est-ce qu’on fait ensemble ? »

 

 Couper la relation extra-conjugale et faire son deuil

Christophe Fauré conseille d’abord de couper avec l’amant ou la maîtresse. Il précise que parfois la personne trompée a du mal à comprendre la peine de son partenaire qui vit un deuil. « L’enjeu c’est – ce quelque chose d’autre que j’ai connu est-ce qu’il est transposable ? Est-ce que je peux le vivre dans ma relation actuelle ? » Il est essentiel de bien comprendre ce qui s’est passé.

 

Et si l’on pouvait éviter ça ? ♥♥

Bien sûr, on ne peut jamais tout prévoir. L’amour est fluctuant. Selon l’intensité du vent, il est en berne où il se redresse, et flotte gracieusement dans l’air. Et si nous décidions un jour d’être le souffle de notre relation ? Si nous en étions les acteurs et les actrices ? L’amour n’est jamais acquis, il s’acquiert. En avoir conscience, c’est se rendre compte de l’importance  et de l’intérêt de l’entretenir et de le respecter. C’est aussi savoir ce que l’on veut, car l’amour est avant tout une décision.

Belle réflexion les amoureux !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse mail ne sera pas publiée.