Jalousie, piment ou arsenic du couple ?

13 octobre 2016
, 2 Comments

Jalousie… Pourquoi nous laissons-nous intoxiquer par ce poison, destructeur pour notre couple mais aussi pour nous-même ? Comment peut-on ruiner notre couple par amour ? Et d’ailleurs est-ce bien d’amour dont il s’agit ? Dépendance, peur de l’abandon, peur de la trahison, manque de confiance, réflexe inné ? Normal  à petite dose , ce sentiment obsessionnel nous fait perdre toute notre clairvoyance et tous nos moyens à trop forte dose?

Jalousie et amour ont souvent été associés, comme si l’un n’allait pas sans l’autre. La jalousie à dose homéopathique est communément admise dans le couple. Dans une étude réalisée par le site Elite Rencontre, 70% des personnes interrogées reconnaissent avoir ressenti de temps à autre un sentiment de jalousie au cours de leurs relations amoureuses. 63% estiment que c’est un sentiment « normal » au sein du couple. On s’en amuse même parfois. Elle apporte cette petite pointe de piment qui nous rappelle que nous tenons à conserver l’exclusivité de notre partenaire. Elle témoigne de l’attachement que nous lui portons et de l’importance que nous lui accordons.

C’est bon de se sentir précieuse  et jalousement gardée dans ces moments-là.

Une petite crise de jalousie, par-ci par-là n’a jamais vraiment fait de mal, au contraire, elle amène souvent le bénéfice d’une douce réconciliation sous la couette. De plus, beaucoup de femmes trouvent leur mec très sexy lorsqu’il pique une petite poussée de jalousie. C’est comme s’il disait : « Ce gars-là, il te tourne trop autour, s’il s’approche de trop près, ça va être sa fête. »  C’est bon de se sentir précieuse  et jalousement gardée dans ces moments-là.

 

Les changements qui interrogent

Il peut y avoir aussi des moments qui vous interrogent dans votre vie de couple. Vous sentez votre partenaire moins proche, moins impliqué. Votre curiosité s’aiguise et vous pouvez avoir envie de lui poser quelques questions sur la permanence de ses sentiments. Si vous avez juste besoin de vous rassurer parce que votre partenaire n’a plus trop envie de faire l’amour depuis un petit moment, qui dure un peu trop longtemps pour vous, ou si vous sentez qu’il s’ éloigne et vous regarde moins qu’avant, ce n’est pas pour autant que vous êtes entrée dans la spirale infernale d’une jalousie dévastatrice. Vous éprouvez juste l’alerte raisonnable du partenaire qui reste à l’écoute de son couple et de la personne avec qui il  partage sa vie.

Quand la jalousie se base sur une pure imagination, elle devient un poison pour notre couple

En revanche, jalousie et délires totalement infondés,  n’ont rien à voir avec ces alertes anodines. Quand la jalousie se base sur une pure imagination et non des faits réels, elle prend alors la tournure d’une spirale cyclonique qui empoisonne la vie du couple. Le pire dans cette histoire-là, c’est qu’il est bien souvent difficile d’admettre qu’on est un(e) jaloux (se) maladif(ive). On croit tellement à ce qu’on imagine que ce n’est pas nous qui sommes malades, mais l’autre qui nous ment. Difficile en effet de s’y retrouver  quand on sait que la jalousie est souvent réveillée par un événement qui interpelle. D’ailleurs, 37% des sondés considèrent que la jalousie vient rarement gratuitement. L’étude réalisée par le site Elite Rencontre, révèle que 30% des personnes interrogées reconnaissent être jalouses.

 

La jalousie : une souffrance à deux

Pourtant, la jalousie maladive, voire paranoïaque, existe bien. C’est une vraie souffrance, aussi bien pour la personne qui l’éprouve que pour son partenaire qui la subit. Une jalousie est considérée comme maladive quand elle devient envahissante et obsédante. Quand tout devient prétexte à  douter de l’amour et de la fidélité de son partenaire, en  pointant son passé, ses goûts, ses regards jusqu’à  ses sourires.

Il est temps de se dire « STOP »avant que tout ne chavire

Quand, sans raison particulière, en dépit de toute alerte fondée, on se met à  fouiller fébrilement son agenda, son mobile, son ordinateur pour ne jamais rien y  trouver, il est temps de se dire « STOP » et de trouver une méthode pour se sortir de cette hantise ravageuse. Car, cette jalousie-là n’est pas l’expression de l’amour. Lorsqu’une chape de suspicion pèse sur l’autre, transformant l’être aimé et complice en être sombre et trompeur, tout chavire dans le couple. Les  partenaires deviennent soudain  étrangers l’un à l’autre, avec la terrible sensation que l’amour qu’ils avaient construit peut s’effondrer d’un moment à l’autre.

 

La jalousie viendrait de notre enfance

Comment expliquer ce sentiment démesuré qui nous dépasse et devient incontrôlable ? D’où viennent ces pensées négatives et envahissantes ? Alors que la confiance est un des principaux ingrédients fondateur de l’amour, comment concevoir ce besoin irrépressible de la remettre en cause à travers une suspicion délirante ? La jalousie est un phénomène complexe et aucune théorie simple sur le sujet n’a encore été élaborée par les psychologues. Plusieurs raisons expliqueraient cette émotion.

Certaines blessures de notre enfance entaillent l’estime et la confiance en soi

L’une d’entre elles serait directement liée à l’histoire personnelle de chacun. C’est un sentiment primaire de possessivité ou d’égoïsme. Selon les événements vécus dans notre enfance et la manière dont ils sont gérés progressivement durant notre vie, des blessures entaillent l’estime et la confiance en soi. Le sentiment de jalousie peut alors se développer et nous déborder pour devenir pathologique. La personne jalouse se sent menacée par un (une) éventuel (elle) rivale qui aurait toutes les qualités qu’elle ne pense pas avoir elle-même. Elle  a tendance alors à réclamer incessamment des preuves d’amour à son partenaire.

 

Une jalousie  millénaire

Il existe aussi l’hypothèse d’une jalousie primitive née il y a des centaines de milliers d’années. Cette hypothèse dite évolutionniste, qui fait débat chez les psychologues depuis les années 1990, est issue des théories de l’évolution de Darwin appliquée au comportement humain. L’homme et la femme auraient développé une jalousie différente liée aux pressions de leur sexe respectif. L’homme serait devenu jaloux pour défendre la propriété exclusive de sa femme et pour ne pas avoir à nourrir l’enfant qu’elle aurait pu avoir d’un autre homme. De son côté, la femme voulait conserver les efforts exclusifs de son compagnon, craignant qu’il se consacre à une autre femme. Aujourd’hui les psychologues s’interrogent sur une réelle différence de jalousie chez l’homme et chez la femme.

 

Quoi qu’il en soit, la jalousie lorsqu’elle est maladive est un véritable fléau et un danger pour la vie du couple. Des techniques existent pour tenter d’en sortir. Je vous en parlerai prochainement sur RadioPMA.

 

Belle confiance les amoureux !

 

 

2 reflexions sur : “Jalousie, piment ou arsenic du couple ?”

  • Merci Elise pour cet article, la jalousie n’a pas fini de faire des ravages.

    • Tout à fait. Un peu de jalousie ne nuit pas au couple. L’essentiel est de gérer et de ne pas se laisser déborder.
      Merci pour ton commentaire Claire.

Laisser un commentaire

Votre adresse mail ne sera pas publiée.