Oser dire pour mieux se comprendre

10 octobre 2019
, 0 Comments

Oser dire… le plus court chemin pour mieux se comprendre. Pourtant, c’est souvent le dernier que l’on choisit de prendre. Peurs, fausses croyances, inaptitude ? Les non-dits se multiplient et les incompréhensions s’accumulent. Comment réaliser la vraie rencontre dont nous rêvons tous avec notre partenaire ?

Oser dire n’est pas si facile. Car cela touche ce qu’il y a de plus profond en nous. Il n’est pas simple de se dévoiler, de se mettre à nu devant l’autre. Montrer ses faiblesses, sa vulnérabilité, ses doutes, sa part d’ombre… Cela peut faire peur, à soi-même et à l’autre. Oser dire, c’est accepter ce qui s’exprime en nous, y compris ce qui nous dérange. « Je n’aime pas cette manière de faire l’amour, parce que je ne me sens pas respecté(e) », « Je me sens seul(e) et abandonné(e) parce que nous ne passons pas suffisamment de temps ensemble. », « Mon travail m’épuise et ne me convient pas. », « Mon corps ne me plaît pas et me donne des complexes. », « J’ai peur de te perdre. », « Je ne te désire plus. », « Je suis malheureux.se lorsque j’entends cela de ta part. »…

Loin de soi, loin de l’autre

Beaucoup de pensées et de ressentis emplissent notre mental quotidiennement. Cela, sans que nous prenions même le temps de nous le formuler clairement. Nous ressentons de la douleur sur le moment, mais nous pensons qu’en nous armant de patience et de courage, cela s’arrangera. Notre éducation nous a appris à ne pas tenir compte de nos émotions, à être fort.e et exigeant.e avec nous-même. Ainsi, nous vivons dans l’éloignement de notre fragilité, de nos blessures, et de notre être profond. Cela construit en nous comme un artefact, une enveloppe d’illusions, une barrière qui nous empêche d’être en connexion avec nous-même et, par ricochet, avec l’autre. Tout se passe comme si nous vivions verrouillés de l’intérieur. Nous nous enfermons derrière nos rôles, nos masques, nos dénis, nos silences, sans jamais révéler qui nous sommes vraiment. Sans oser dire notre vérité.

Il faut parler. Pas forcément parler beaucoup, mais en tout cas, parler vrai !

Pourtant, il y a en chacun.e de nous cette envie et ce besoin profond de mieux nous comprendre mutuellement, pour mieux vivre notre relation amoureuse. Or, si nous souhaitons atteindre une plus grande complicité, une intimité plus profonde avec notre partenaire, il va falloir retirer nos barrières.

Oser dire, c’est accueillir ce qui existe en soi et l’exprimer. C’est aussi ne plus avoir peur de froisser, de vexer, et de se faire rejeter par notre partenaire. C’est pour cela qu’il est nécessaire de réaliser cette libre expression de soi dans un cadre sécuritaire.

La méthode Imago

Dans sa pratique de thérapeute de couple et de sexothérapeute, Claude Parisot utilise la méthode Imago.

Interrogé par Anne Ghesquière, le 16 août 2019, pour son émission podcast « Métamorphose », il explique comment amener de la conscience, de la paix et de la joie en nous, et au sein de notre couple.

Cela commence par mettre en lumière ce qui se passe dans notre relation. Deux partenaires éclairés sur leurs émotions, leurs besoins, leurs frustrations, leurs actions et leurs réactions à l’autre, sont naturellement plus légers, plus libres et plus aptes à vivre heureux ensemble.

Pour cela, il faut parler. Pas forcément parler beaucoup, mais en tout cas, parler vrai !

Il ne faut pas avoir honte, ni peur de froisser l’autre en lui disant, par exemple, que l’on a besoin de temps pour soi ou d’un autre espace. Les moments de solitude sont nécessaires pour notre propre ressourcement, et notre alignement personnel. Ce n’est pas pour autant que nous n’aimons pas notre partenaire, rappelle Claude Parisot ; c’est juste un temps pour soi, dont on a besoin, afin de nous reconnecter à notre être profond. Très souvent, on ne dit pas parce que « On a peur d’être jugé, interprété, humilié, castré, abandonné, rejeté. » explique t-il. Ces peurs sont liées à nos blessures d’enfant qui resurgissent en nous, et que l’on projette dans notre relation. Pourtant, « C’est le fait de ne pas dire, qui crée la douleur dans la relation. » explique le thérapeute.

Il précise que nous faisons souvent l’erreur de croire qu’il est préférable de se taire pour ne pas déranger l’autre, et risquer de bousculer la relation. Or, c’est tout l’inverse. En croyant éviter le conflit, c’est au contraire ce qui le crée, et contribue à éloigner les deux partenaires l’un de l’autre, précise t-il.

Ce n’est pas parce que nous nous dévoilons l’un à l’autre que notre relation est remise en question.

A travers la méthode Imago, créée dans les années 80 par Harville Hendrix Ph.D. et Helen LaKelly Hunt Ph.D. fondateurs de l’association Imago Relationships International (IRI) , Claude Parisot permet aux couples d’ouvrir un dialogue dans un climat de sécurité. Car oser dire qui l’on est, exposer son cœur à l’autre, dévoiler sa vulnérabilité, ne peuvent se faire que si l’on se sent en sécurité dans la relation. Parler ne nous met pas en danger et ne met pas en danger notre couple. Ce n’est pas parce que nous nous dévoilons l’un à l’autre que notre relation est remise en question.

Déroulé d’une séance

Le rôle du thérapeute est de faire des amorces de phrases qui dirigent les partenaires vers leur cœur. L’un parle (émetteur) et l’autre écoute (récepteur). C’est une communication attentive qui vise à vérifier et confirmer que l’on a bien été compris.se par l’autre : « Je t’entends dire….. Est-ce que c’est bien cela ? ».

Dans ce type de dialogue « les deux partenaires parlent la même langue » explique Claude Parisot. Cela permet d’être sur la même longueur d’ondes, de ne pas rester cloisonné dans son monde, et donc de ne pas interpréter, ni déformer, les propos de l’autre.

Il ne s’agit pas d’utiliser cette manière de communiquer en permanence dans son quotidien. Cela manquerait de fluidité et de naturel. Il est important toutefois de la pratiquer régulièrement. Le thérapeute invite les couples à faire l’exercice une fois par semaine pour rester relier et ne pas se perdre. Chaque partenaire doit pouvoir, en effet, disposer d’un temps d’écoute, d’un espace d’expression. Il.elle doit pouvoir partager de l’empathie dans sa relation, être entendu.e, vu.e et validé.e par l’autre. Il ne s’agit pas non plus de démarrer seuls, sans un minimum d’accompagnement au départ. « Apprendre à descendre dans le cœur nécessite d’être en sécurité, c’est pour cela que le thérapeute est souvent nécessaire. » prévient Claude Parisot.

A qui s’adresse la méthode Imago ?

Généralement ce sont des couples qui viennent à la fin de la période romantique. Elle se situe autour de la troisième année après le début de la relation, précise le thérapeute. Ils arrivent avec l’impression de ne pas se comprendre, de ne plus se sentir aimés. Certains.nes ressentent un manque de communication. Souvent dans un couple, il y en a un qui cherche le lien tandis que l’autre se renferme. Ils sont donc dans le reproche : l’un qui parle trop, et l’autre pas assez. Il y a aussi des couples qui ont subi une infidélité et qui viennent  pour retrouver de la sécurité, du lien et de la confiance. D’autres encore sont en recherche pour renouer avec leur sensualité et leur sexualité. Beaucoup de couples ne font plus l’amour depuis des années.

Dans tous ces cas, la première chose à faire est d’oser dire ce qui se passe et ce que l’on ressent. C’est le chemin le plus court pour parvenir à se comprendre et à se rapprocher à nouveau l’un de l’autre. Le but primordial de la méthode Imago est de se reconnecter à son partenaire, de créer du lien et de la connexion avec le cœur.

Oser dire pour mieux se rencontrer

Développer une relation de cœur à cœur et non pas essentiellement de mental à mental. Élever notre conscience et la qualité de notre présence. Exprimer notre chaleur et notre vérité profonde, pouvoir la partager avec l’autre et mieux se comprendre. Faire grandir notre couple dans une relation de confiance, libre et joyeuse… Serait-ce cela qui permettrait de réaliser, la vraie rencontre, que beaucoup rêvent de vivre avec leur partenaire ?

Oser dire c'est choisir le chemin du cœur

Oser dire, c’est choisir le chemin du cœur

Laisser un commentaire

Votre adresse mail ne sera pas publiée.