L’envie de comprendre

Du plus loin que je me souvienne, j’ai eu l’envie de comprendre, de percer le mystère des apparences.

Les relations humaines m’ont toujours passionnées et interrogées ; tellement d’ailleurs que, plus tard, cet intérêt court-circuitait souvent mon attention. Où vont-ils ? Que font-ils ? Que pensent-ils ? Pourquoi parlent- ils de cette façon là ? S’aiment-ils ou se détestent-ils ?

Par exemple, lorsque j’étais avec un groupe, plutôt que d’écouter la conversation, je vagabondais dans une analyse intérieure de ce que m’évoquait la façon de parler de celui-ci ou l’attitude de celle-là. Il me fallait faire un effort pour suivre la conversation et ne pas paraître complètement décalée quand l’attention se posait sur moi.

Je pouvais passer des heures à observer les êtres qui évoluaient dans mon environnement proche, la tête remplie de questions et de remarques à leur sujet.
 

Adolescente, mes amies adoraient venir me confier leurs histoires d’amour. Elles venaient puiser l’écoute dont elles avaient besoin pour les aider à y voir un peu plus clair dans leurs sentiments souvent trop confus.

Tout naturellement, j’ai fait des études de psychologie qui m’ont apportées le bonheur d’apprendre et de découvrir la « gigantissime » complexité humaine.

Certes, j’ai beaucoup appris, j’ai découvert des théories et des concepts passionnants. Ils m’ont fourni des outils pour m’aider à comprendre et surtout à accepter les contradictions du genre humain.

Et maintenant, je ne fais rien de plus que de continuer à me poser des questions, comme lorsque j’étais petite fille, sauf que, grâce au temps passé, j’ai accumulé dans mon escarcelle les mille et une petites idées qui me permettent d’approcher une certaine paix intérieure et d’adopter une attitude positive face aux choses de la vie.

C’est cette attitude que j’aimerais vous faire partager.

Si je peux vous aider à l’atteindre, ce blog aura satisfait à sa mission !