Erections en berne, c’est grave docteur ?

23 février 2017
, 0 Comments

Érections nuit et matin… Tout va bien. Hélas, non ! Si les érections nocturnes et matinales garantissent un corps fonctionnel pour une sexualité opérationnelle, elles n’évitent pas pour autant certaines pannes. Les troubles érectiles nous rappellent que tout ne se joue pas dans le physique. Le mental a aussi son mot à dire !

Érections en berne… Quand le désir se mélange à la peur, et le culturel au physique, tout s’interfère et se court-circuite. Troubles de l’érection, pannes à répétition, que se passe t-il dans la tête d’un homme dans ces moments-là ?

Catherine et Denis vivent ensemble depuis plus de deux ans. Ils sont très complices. Ils adorent partager des moments sensuels tous les deux. Ils vivaient jusqu’alors une sexualité satisfaisante. Mais depuis quelques semaines, Denis, très pris par ses responsabilités au travail, est fatigué. A plusieurs reprises il n’a pas pu maintenir son érection jusqu’au bout en faisant l’amour avec Catherine. Pourtant, le médecin est formel, tout va bien physiquement. Ses érections nocturnes et matinales en sont la preuve. Inquiet, contrarié, Denis a peur que Catherine pense qu’il ne la désire plus, ou pire, qu’il la trompe. Désemparé et stressé, il ne sait pas ce qui se passe.

 

Qu’en est-il vraiment ? Que se passe t-il au moment de la pénétration dans la tête d’un homme ?

Le masculin, d’une manière générale, est conditionné par l’ obligation de la performance. La pression est telle qu’elle se transforme parfois en un véritable stress. C’est ce qu’on appelle l’angoisse de la performance. Il est dans l’obsession de réussir la pénétration. Dans sa tête, une seule phrase tourne en boucle : « Il faut que j’y arrive  !  » Si l’homme a connu quelques pannes à répétition, causées par la fatigue, une baisse de libido ou un manque de confiance,  il y a de fortes chances qu’il stresse de plus en plus au moment de l’acte sexuel.

C’est là que tout se complique !  S’il est angoissé, il va déclencher une décharge d’adrénaline, une hormone anti érection, qui va stopper sur le champ sa rigidité. La réalité est difficile à vivre pour le couple qui s’apprêtait à partager un moment de plaisir intime et chaleureux. Ils se retrouvent brutalement séparés. C’est comme une rupture. La froideur s’installe, le malentendu aussi. Dans ces moments-là , tout se passe souvent dans le ressenti et le non-dit. La peur, la honte, l’impuissance, la frustration, la colère blanche se côtoient et se mélangent à grande vitesse dans la tête de chacun.

Elle se dit « Il ne me désire plus », lui se dit « Je n’y arrive plus ».  Que faire ?

 

Ne pas se laisser envahir par ses inquiétudes irrationnelles, ne pas se laisser démonter par sa honte

 

D’abord, rester dans l’amour. Tenir des propos dévalorisants, se faire des reproches, se tourner le dos, se renfermer dans sa coquille ou se murer dans le silence sont autant de réactions négatives qui ne serviront qu’à accentuer le problème.

Pour le femme, ne pas se laisser envahir par ses inquiétudes irrationnelles et pour l’homme, ne pas se laisser démonter par sa honte vont contribuer, dans un premier temps, à dédramatiser la situation. Rester dans les bras l’un de l’autre, se câliner, se dire des mots tendres, se rassurer, voire même plaisanter vont maintenir chaleur, connexion et confiance entre les deux partenaires. Dans un deuxième temps, en parler tous les deux pour trouver des solutions ensemble.

 

Troubles de l’érection, quelles solutions ?

Laisser passer du temps

La sexologue catherine Solano propose notamment d’éviter la pénétration pendant une à trois semaines. Ce temps de pause favorise le recul du stress et le retour d’une érection normale. Il donne à l’homme le temps de reprendre confiance en lui.

Prendre des médicaments

Il est aussi possible de s’aider avec des médicaments stimulateurs de l’érection, prescrits par le médecin : Sildenafil (Viagra), Vardenafil (Levitra) ou Tadalafil (Cialis). La sexologue précise que si rien ne s’améliore, il est conseillé de faire un bilan médical.

Se faire aider par un professionnel

Les pannes érectiles peuvent être liées à un faisceau de problèmes qui interagissent entre eux. Trop de travail, soucis financiers, baisse de libido, problèmes de santé ou mauvaise qualité de sommeil ? Il n’est pas toujours facile de remonter aux vraies causes. Parfois, le soutien d’un professionnel, sexothérapeute ou psychothérapeute peut être utile.

Prendre conscience pour se libérer

Notre culture occidentale conditionne nos comportements sexuels et nos attentes. Nous vivons dans une culture de la performance sexuelle. L’homme doit assurer par une érection puissante et rapide. La femme doit être désirable, toujours prête à recevoir l’homme avec plaisir.

Prendre conscience que ce conditionnement exerce une véritable pression sur notre sexualité nous permettrait sans doute de la vivre d’une manière plus naturelle et plus apaisée.

Une vie sexuelle libérée de la performance, du dictat de l’érection et de l’orgasme obligatoire, c’est possible. À nous de nous émanciper pour vivre notre sexualité autrement.

Bel épanouissement les amoureux !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse mail ne sera pas publiée.