L’andropause chez l’homme. Mythe ou réalité ?

8 septembre 2016
, 0 Comments

L’andropause n’est pas une invention créée  de toutes pièces par des compagnies pharmaceutiques pour vendre toujours plus. C’est une réalité clinique qui s’accompagne de symptômes au même titre que la ménopause chez la femme. Elle correspond à une baisse de la sécrétion de testostérone chez l’homme .

Si l’andropause ne concerne pas tous les hommes, elle peut toucher un homme sur cinq de plus de 50 ans. Ses manifestations sont souvent causes d’un malaise à la fois psychologique et physique qui peut avoir des répercutions négatives sur la vie du couple. Les principales manifestations de l’andropause sont liées à la baisse des actions de la testostérone sur l’organisme. La testostérone qui est sécrétée par les testicules agit sur les muscles, les vaisseaux, le foie, les os, la peau, le cerveau, la prostate, les testicules, la verge et la glande mammaire.

10 questions à vous poser pour pour savoir si vous êtes concerné par l’andropause.

Est-ce je constate les symptômes suivants :

• Baisse de la libido
• Troubles de l’érection
• Troubles cardio-vasculaires
• Prise de poids : modification de la répartition des graisses au niveau de l’abdomen
• Troubles de l’humeur : dépression, irritabilité
• Troubles du sommeil
• Troubles de la concentration
• Diminution des performances physiques ou professionnelles
• Fatigue
• Baisse de la force musculaire

Si je suis concerné par ces symptômes, je consulte mon médecin qui réalisera un diagnostic différentiel dans le but d’écarter d’autres pathologies. Il procèdera à un examen clinique et me prescrira un bilan sanguin pour vérifier le dosage de mon taux de testostérone totale, mon taux de testostérone libre, mon taux de testostérone biodisponible, mon dosage en SHBG (molécule qui participe au transport de la testostérone). Il prescrira également un bilan lipidique et glucidique. A l’issue des résultats, c’est mon médecin qui est seul compétent pour déterminer si un traitement s’avère nécessaire.

La testostérone, hormone essentielle qui participe au désir sexuel chez l’homme.

L’andropause, ou « déficit androgénique lié à l’âge » (DALA), s’accompagne donc d’une baisse de la production de la testostérone, hormone essentielle, qui participe au désir sexuel chez l’homme. Cette baisse de la libido est souvent source de honte et de crainte pour l’homme, en proie à l’angoisse de l’impuissance. Sa fierté masculine le conduit à taire les changements psychologiques et corporels qu’il éprouve alors secrètement. Chaque homme, en fonction de sa culture et de son histoire, gère et fait face différemment à ces modifications biologiques. Ce qui est certain, c’est que la femme (décidément, que ferait l’homme sans la femme !) a son rôle à jouer dans ce changement hormonal. En tout premier lieu, ne pas blâmer son partenaire pour ses difficultés érectiles. Cela aurait pour fâcheuse conséquence de créer chez lui un blocage. Comme elle n’a pas besoin d’être particulièrement excitée pour faire l’amour et que son plaisir vient progressivement, elle peut prendre les initiatives. Elle peut aider l’aider à atteindre une érection suffisante pour la pénétration en stimulant son sexe par des caresses excitantes. Son attitude, ouverte et positive, face à son partenaire ne peut être que bénéfique au prolongement de la vie sexuelle du couple.

Longue vie sexuelle les Vénus et les Mars !

Laisser un commentaire

Votre adresse mail ne sera pas publiée.