Ménopause, fin des ovaires mais pas fin de la femme !

7 mars 2017
, 0 Comments

Ménopause, périménopause, troubles « climatériques », beaucoup de mots pour désigner une période de bouleversements chez  la femme. Quels que soient les mots qui décrivent ces changements, l’arrêt des ovaires ne marque l’arrêt de la féminité. Avant, pendant et après la ménopause, la femme reste une femme. La seule chose qui peut changer en elle, c’est sa volonté de rester belle, épanouie, désirable.

 

La ménopause est un processus naturel qui marque une étape dans la vie de la femme. C’est une des périodes de sa vie où son corps se modifie. Les ovaires cessent de produire les hormones de la reproduction, l’estrogène et la progestérone. A l’approche de cette phase, certaines femmes s’inquiètent sur l’avenir de leur féminité, et la persistance de leur libido. Qu’elles se rassurent ! La fin des ovaires n’est pas la fin de la femme. Ce n’est pas parce que la femme est ménopausée qu’elle doit se conditionner à devenir autre chose qu’une femme. La femme ménopausée n’est pas vidée de sensations, de désirs, et d’envie de séduire. Elle doit juste veiller à rester attentive à ses nouveaux changements.

 

Les phases de la ménopause

Selon les femmes, la ménopause se manifeste aux alentours de 50 ans. Elle peut intervenir entre 40 et 55 ans.  Avant d’être effective, et diagnostiquée par le médecin, différents symptômes apparaissent sur une période assez longue, environ quatre ans, et se poursuit 12 mois après les dernières règles. Au cours de cette période, appelée périménopause, la femme traverse des phases irrégulières qui influent sur le corps et le mental : troubles du cycle avec des règles capricieuses, allant de  trop courtes à trop longues ou très espacées, parfois trop abondantes. Elle éprouve le syndrome congestif prémenstruel : seins gonflés et douloureux, ballonnements abdominaux, mais aussi des troubles de l’humeur et éventuellement des insomnies. La production des hormones sexuelles diminue.

le climatère qui correspond à cette période de changements endocriniens entraîne également quelques autres manifestations plus ou moins gênantes, selon leur importance.  Elle ressent des bouffées de chaleur, une sécheresse vaginale, et peut souffrir de troubles urinaires.  Sur le plan psychologique, la femme exprime une irritabilité et une anxiété plus prononcée qui s’accompagnent de changements d’humeur. Les femmes sont touchées de manière inégale par ces troubles, certaines sont même totalement épargnées.

 

Les traitements se font au cas par cas

La femme, particulièrement incommodée, peut consulter un médecin qui évaluera l’éventuelle nécessité d’un traitement. Le traitement hormonal substitutif (THS) est prescrit au cas par cas et comporte des risques de cancer du sein ainsi que des maladies cardiovasculairtes. Il est par ailleurs dangereux d’associer ce traitement à la DHEA, une hormone produite naturellement  par l’organisme mais qui décroît avec l’âge. Cela  provoquerait un surdosage en oestrogène. La DHEA n’est d’ailleurs pas recommandée par les autorités sanitaires.

 

Beaucoup de solutions alternatives sont proposées pour diminuer les symptômes de la ménopause.

 

La ménopause est un processus naturel que la femme peut préparer et surveiller de façon à ne pas se laisser submerger par un enchaînement de désagréments. L’essentiel est de rester à l’écoute de son corps et de réagir si les troubles sont trop importants. La sécheresse vaginale, les troubles urinaires , les modifications de la peau ( peau plus fine et plus fragile), la prise de poids (moins bonne répartition des graisses), les risques d’ostéoporose (fragilité des os), les risques cardiovasculaires peuvent être contrôlés par une hygiène de vie et une alimentation adaptées. Pour l’ostéoporose notamment, un régime riche en calcium et un bon apport en vitamine D prévient les risques de fracture. Pour la sécheresse vaginale, des traitements locaux hormonaux existent pour améliorer la lubrification vaginale et vulvaire.

Beaucoup de solutions alternatives sont proposées pour diminuer les symptômes de la ménopause. L’homéopathie, l’acupuncture, la phytothérapie sont autant de médecines douces susceptibles d’accompagner la femme dans ses changements physiologiques.

 

Quelques vitamines et minéraux

Pour la peau, les ongles et les cheveux : les anti-oxydants : le zinc, le bêta-carotène, la vitamine E ou le sélénium participent à leur renforcement.

Pour les risques cardiovasculaires : les oméga 3 sont conseillés dans leur prévention.

Quelques plantes et quelques huiles

Troubles circulatoires : la vigne rouge, le mélilot, le marronnier d’Inde ou encore les feuilles de Gingko.

Troubles du sommeil : la valériane, le passiflore, le tilleul ou l’aubépine.

Fatigue : le ginseng et la gelée royale.

Bouffées de chaleur : les huiles essentielles de menthe poivrée et de cyprès.

Toutes ces solutions ne sont certainement pas des remèdes miracles mais elles peuvent apporter ces petits plus qui accompagnent la femme dans cette nouvelle traversée. L’essentiel étant de prendre soin de soi,  de ne pas se laisser aller et d’envisager  ce passage comme une nouvelle étape. C’est la période où le femme devrait redoubler de soins et de plaisirs. En bonne hédoniste et pour vivre sereinement ce passage, elle devrait prendre la décision d’être bien dans sa tête et dans son corps.

 

Ménopausée ? C’est le moment de redoubler de vitalité !

Massage, yoga, une bonne qualité de sommeil (7 à 8 heures), une alimentation variée et équilibrée (éviter les excès de sucres, de graisses et d’alcool), une activité physique (stop à la sédentarité, une marche rapide de 45 minutes 4 fois par semaine) mais aussi shopping, esthéticienne, coiffeuse.. pour être bien dans sa peau.

La ménopause est une étape dans une vie qui se poursuit. La baisse de la libido n’est pas une fatalité. Il lui revient de maintenir une sexualité épanouie pour une relation harmonieuse et satisfaisante avec son partenaire. La sécheresse vaginale n’est pas non plus une fatalité. Il existe des traitements ou des gels lubrifiants pour y remédier. Tout se passe beaucoup dans la tête. A chaque femme de poursuivre sa vie de femme, de la développer et de l’embellir. Chaque étape de la vie permet de grandir et de se renouveler.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse mail ne sera pas publiée.