Respirer, c’est la vie… à chaque instant.

18 juillet 2020
, 0 Comments

Respirer, c’est vivre ! Pourtant nous n’avons que rarement conscience de ce miracle permanent. Chaque seconde la respiration manifeste la vie, la santé, l’équilibre. La pratiquer en conscience, tous les jours, est un gage d’énergie, de joie et de liberté.

Respirer, c’est l’expression de la vie. C’est la manifestation primordiale de la vie. Notre premier réflexe, en venant au monde, est de respirer. Notre vie se terminera d’ailleurs par notre dernier souffle. La vie commence par l’inspire et se termine par l’expire. La respiration accompagne chaque instant de notre vie. Elle est notre force vitale, notre énergie profonde, et essentielle. C’est de son manque, que l’on meurt le plus vite.

Si l’on cesse de boire et de manger, il est possible de vivre environ une dizaine de jours. Par contre, si l’on arrête de respirer, notre vie ne tiendra pas plus de trois ou quatre minutes…

Respirer… notre énergie vitale

Respirer constitue donc l’axe central de notre survie. Sur une durée de 24h, nous respirons inconsciemment entre 14 000 et 17 000 fois, et entre chaque  inspire et expire, nous échangeons en moyenne un demi-litre d’air. Toutes les cellules de notre corps utilisent entre autres l’oxygène pour produire l’énergie dont elles ont besoin, afin de maintenir leur équilibre et d’assurer leurs fonctions vitales.

La qualité et la quantité d’oxygène apportées chaque seconde à notre corps, est essentielle. Nous le voyons notamment avec le port du masque prolongé, imposé par les mesures des gestes barrières contre le SARS-COV-2. De nombreuses personnes, contraintes de porter leur masque à leur travail, durant toute une journée, se plaignent de maux de tête. C’est hélas normal, car la qualité de la respiration passe par une bonne oxygénation. Le port du masque réduit de fait cette bonne oxygénation. Un niveau anormal d’oxygénation, peut générer une sensation de manque d’air, plus ou moins angoissante, et produire des troubles respiratoires tels que l’hypoxie.

En cas de sensations de vertiges ou d’étourdissement, il est alors urgent de retirer son masque.

L’oxygénation : indispensable pour une bonne santé

 Un article du neurochirurgien Russell Blaylock, paru le 11 mai 2020 dans Technocracy News & Trends*, souligne l’importance d’une bonne oxygénation pour un bon fonctionnement de notre système immunitaire « Une baisse du niveau d’oxygène (hypoxie) est associée à une déficience de l’immunité. Des études ont montré que l’hypoxie peut inhiber le type de cellules immunitaires principales utilisées pour combattre les infections virales, appelées lymphocytes T CD4+. Cela se produit parce que l’hypoxie augmente le niveau d’un composé appelé facteur 1 inductible à l’hypoxie (HIF-1), qui inhibe les lymphocytes T et stimule une puissante cellule immunitaire inhibitrice appelée Tregs.  Cela prépare le terrain pour contracter toute infection, y compris COVID-19 et rendre les conséquences de cette infection beaucoup plus graves. En substance, votre masque peut très bien vous exposer à un risque accru d’infections et, dans l’affirmative, avoir un résultat bien pire**. » explique t-il dans son bulletin ….

Le pouvoir d’autoguérison de notre corps

Selon la Médecine Traditionnelle Chinoise, notre corps se régule et s’auto-guérit naturellement si nous en prenons soin et ne le privons pas de ses besoins essentiels. Le but primordial du corps est de se maintenir en bonne santé, c’est-à-dire de veiller à maintenir sans cesse son meilleur équilibre, sa meilleure homéostasie.

Le Yang sheng, qui est une branche importante de la Médecine Traditionnelle Chinoise, propose un grand nombre de techniques pour maintenir le bon équilibre de notre santé. Il en existe notamment une dont la fonction essentielle consiste à recharger la batterie des reins. Le Yang Sheng enseigne que cette recharge quotidienne contribue à prévenir les maladies. Ainsi, notre corps s’auto régulerait  en permanence, tant au niveau mental, émotionnel que physique. Pour obtenir une telle régulation, la méthode Yang Sheng préconise de pratiquer quotidiennement deux types de respiration, faciles à mettre en place, chaque jour, et accessibles à tout le monde.

2  respirations conscientes et régénèrentes

La respiration abdominale du soir

Cette respiration se pratique dans son lit, avant de s’endormir par exemple :

  • Tranquillement allongé.e  sur le dos, fermez  les yeux et portez votre attention sur votre respiration.
  • Suivez son rythme naturel jusqu’à vous apaiser totalement
  • Posez doucement une main sur votre ventre
  • En inspirant par le nez, sentez votre ventre se gonfler sous votre main
  • En expirant par la bouche, sentez votre ventre se creuser vers votre colonne vertébrale
  • Inspirez à nouveau lentement, sans forcer : sentez l’air passer dans vos narines
  • Expirez doucement par la bouche : imaginez la flamme d’une bougie qui vacille à peine sous la douceur de votre souffle

Faites deux séries de 10 respirations de cette manière

A la fin de ces deux séries, revenez à une respiration habituelle. Observez ce qui se passe.

Ouvrez les yeux… Mais peut-être vous êtes-vous déjà endormi.e ?

La respiration abdominale du matin

Cette respiration se pratique dans son lit le matin, avant de se lever :

  • Allongé.e sur le dos, yeux ouverts ou fermés, portez votre attention sur votre respiration
  • Respirez quelques cycles dans votre respiration habituelle.
  • Puis  inspirez profondément par le nez – votre ventre se gonfle
  • Expirez par la bouche en soufflant fortement et bruyamment – votre ventre se dégonfle

Faites deux séries de 10 respirations de cette manière

A la fin de l’exercice, ne vous levez surtout pas tout de suite !

Attendez au moins trente secondes à une 1 minute, avant de poser le pied par terre. Vous êtes en effet « shootés » à l’oxygène . Cette hyperventilation peut produire une sensation de « tête qui tourne » car vous avez fait rentrer des millions d’atomes d’oxygène dans votre corps. Il faut attendre que tout ce petit monde atomique circule…

Les avantages de la respiration profonde

  • C’est le meilleur massage interne des organes, ce qui favorise la circulation du sang et des énergies.
  • Cela nous permet de développer notre pleine conscience en nous concentrant uniquement sur notre respiration. On ne rumine plus nos pensées obsessionnelles, nos peurs, nos obligations sociales et familiales. « La pleine conscience est une énergie générée par la pratique de la respiration de conscience. Avec cette énergie, on n’a plus peur. On peut très bien reconnaître la souffrance en soi et l’embrasser tendrement, comme une maman embrasse son bébé. » nous rappelle gentiment Tich Nhat Hanh.
  • Cela nous permet aussi de nous détendre. On s’accorde une vraie pause, une reconnexion tranquille à soi, à la vie réelle du moment présent – ici et maintenant. Idéal pour s’éloigner de son stress quotidien.
  • Excellent pour éliminer les acides du corps. Une respiration efficace permet au corps de mieux éliminer les acides. Le diaphragme, principal muscle impliqué dans la respiration, active dans son mouvement la circulation lymphatique. Le Dr Jack Shiels, lymphologue en Californie a réalisé une expérience démontrant les bienfaits de la respiration profonde sur la circulation lymphatique. Les images d’une caméra installée dans le corps, ont permis d’observer que la respiration profonde activait le diaphragme. De ce fait, la lymphe se met à circuler plus activement. Cela favorise l’élimination des toxines. D’où l’intérêt de plus en plus grandissant autour des exercices respiratoires pour le maintien du bien-être et de la santé.

Respirer, c’est se libérer

Respirer, c’est laisser l’énergie de la vie entrer dans notre corps. C’est une pratique simple, naturelle mais essentielle. C’est par ce mécanisme subtil et automatique que le corps se libère des toxines qui risqueraient de l’empoisonner. Mais ce n’est pas tout… Respirer nous libère aussi de nos tensions, de notre stress, de nos peurs, de nos douleurs. On peut se sentir beaucoup mieux après plusieurs cycles de respiration profonde. On se libère des pressions de ce monde. On revient tranquillement à soi – à ce que l’on est profondément – à notre liberté…

Dans l’une de ses retraites, Tich Nhat Hanh, rapporte que le Bouddha a écrit un texte appelé « La pratique de l’inspiration et de l’expiration dans la pleine conscience ». Cette pratique enseigne la conscience de la respiration étape par étape, pas à pas. Le moine bouddhiste la décrit ainsi « – J’inspire et je sais que c’est une inspiration que je fais. C’est reconnaître l’inspiration. L’exercice est très simple mais en même temps profond. C’est faisable pour tout le monde,  y compris les enfants.

Reconnaître l’inspire et l’expire. En portant notre attention sur l’inspire, on peut lâcher tout le reste : passé, futur, projet, soucis… On lâche tout, et on devient un homme et une femme libre. »

*https://fr.technocracy.news/blaylock-face-masks-pose-serious-risks-to-the-healthy

  • ** Shehade H et al. Tranchant: Le facteur 1 inductible par l’hypoxie régule négativement la fonction Th1. J Immunol 2015; 195: 1372-1376.
  • Westendorf AM et al. L’hypoxie améliore l’immunosuppression en inhibant la fonction des lymphocytes T effecteurs CD4 + et en favorisant l’activité Treg. Cell Physiol Biochem 2017; 41: 1271-84.
  • Sceneay J et al. L’immunosuppression induite par l’hypoxie contribue à la niche pré-métastatique. Oncoimmunology 2013; 2: 1 e22355.

J’inspire, je suis libre. J’expire, je souris à ma liberté

Laisser un commentaire

Votre adresse mail ne sera pas publiée.