Comment se voient les femmes ?

27 septembre 2019
, 0 Comments

Comment se voient les femmes aujourd’hui ? Quels critères influencent le regard qu’elles portent sur leur physique ? Y a-t-il des catégories socio professionnelles ou des pays dans lesquels elles sont plus satisfaites de leur apparence ? La beauté a-t-elle un impact sur la satisfaction amoureuse ? Une récente étude de l’Ifop nous fournit quelques éclairages.

Comment se voient les femmes en 2019 ? Portent-elles un regard plutôt positif ou plutôt négatif sur leur apparence physique ? Ce regard a-t-il une influence sur leur relation amoureuse ? Quelle est la tendance ? L’institut Ifop a interrogé des Françaises et des européennes dans le cadre d’un sondage intitulé « Beauté, complexes, sexe et sentiments au sein du couple »

Une enquête réalisée pour Naturavox*, par  «questionnaire auto-administré en ligne du 11 au 15 avril 2019 auprès d’un échantillon de 5 026 femmes, représentatif de la population féminine âgée de 18 ans et plus résidant en Italie, en Espagne, en France, en Allemagne et au Royaume-Uni. »

Comment se voient les femmes ?

 A la lecture des résultats de cette étude, rendus le 8 juillet 2019, il semblerait que la plus grande majorité des femmes se perçoive dans la moyenne.

Les questions portent d’abord sur le statut pondéral des femmes interrogées. Elles donnent leur indice de masse corporelle ( IMC). Cet indice est calculé sur le rapport de la taille et du poids. Selon leur indice, elles correspondent à l’une ou l’autre des 4 catégories définies par l’OMS :

  • Poids insuffisant : IMC < 18,5
  • Poids normal : IMC compris entre 18,5 et 24,9
  • Surpoids : IMC compris entre 25 et 29,9
  • Obésité : IMC compris entre 30 et plus

Les résultats révèlent que 52% des femmes ayant répondu au questionnaire ont un poids équivalent à la norme. 7% sont dans la catégorie « Maigre », 23% sont en surpoids et 18% « Obèses ».

Profil des  Françaises en « surpoids » ou « obèses »

Ce sont majoritairement des femmes issues des classes populaires (52%), avec un faible ou un moyen niveau de diplôme (CAP, BEP, Baccalauréat). 50% d’entre elles ont eu un seul partenaire sexuel au cours de leur vie.

59% d’entre elles ne se trouvent pas jolies. Elles sont plus nombreuses à trouver leur conjoint beaucoup plus beau qu’elles (51%) et à considérer qu’il n’est pas attentif à leur plaisir (50%).

Pour certaines, cela ne les empêche pas pour autant d’être très satisfaites de leur vie sentimentale (43%) contre 39% qui se disent insatisfaites. Elles sont par ailleurs 42% à considérer d’une manière très satisfaisante  leur vie sexuelle contre 43% d’insatisfaites.


Ni belles, ni vilaines, juste dans la moyenne.

Comment se voient les femmes physiquement ?

A la question : « Personnellement, comment vous vous trouvez physiquement ? Vous diriez que vous êtes… ? »

La réponse majoritaire, toutes nationalités confondues, se trouve « dans la moyenne ». Ainsi, 58% des femmes européennes voient leur apparence physique comme globalement normale, sans beauté, ni laideur particulière. La majorité des femmes interrogées aurait donc une perception acceptable de son physique : Italie : 52% / Espagne : 64% / France : 60% / Allemagne : 60% / Royaume-Uni : 54%

Ainsi, en Europe, les femmes se rassemblent majoritairement  autour d’un consensus physique : ni belles, ni vilaines, juste dans la moyenne.

Qu’est-ce qui les sépare ?

C’est dans les nuances que les différences se creusent entre les européennes. L’écart le plus marqué se situe notamment entre les Italiennes et les Françaises. C’est en France que les femmes sont les plus nombreuses à ne pas apprécier leur image : 14% d’entre elles déclarent se trouver « Pas vraiment jolies ». En Italie, les femmes sont au contraire 30% à se voir assez jolies dans leur miroir.

La palme de « l’autosatisfaction à l’égard de son physique » revient d’ailleurs aux Italiennes. La proportion de femmes se jugeant « très ou assez jolies » est de 39% en Italie, contre 28% en Espagne et dans le Royaume-Uni , 27% en Allemagne, et 22% en France.

Une satisfaction qui semblerait avoir des effets bénéfiques sur la qualité de l’attention de leur partenaire. En effet, 50% des femmes se trouvant « très ou assez jolies » ont un conjoint très attentif à la satisfaction de leur plaisir.

Qui sont les femmes  européennes qui se trouvent belles dans leur miroir ?

On observe d’abord que la perception positive des femmes sur leur physique est en lien avec leur âge: plus elles sont jeunes et plus elles se trouvent belles : moins de 30 ans (39%), de 30 à 39 ans(35%) de 40 à 49 ans (32%), de 50 à 59 ans (25%)  et pour les 60 ans et plus (20%). Elles sont majoritairement diplômées d’un haut niveau d’étude et se situent professionnellement dans la catégorie des classes supérieures. L’étude révèle en effet que 41% des femmes diplômées de haut niveau se jugent « très ou assez jolies ».

Hormis les moyens financiers supplémentaires dont elles disposent pour se payer davantage de soins beauté, y aurait-il aussi un effet Pygmalion**, entre la réussite socioprofessionnelle des femmes, et le regard positif qu’elles  portent sur leur physique ? Le positif inviterait-il au positif ?

Profil des Françaises qui s’évaluent « très ou assez jolies »

Elles sont 50% à vivre en couple depuis moins d’un an et sont majoritairement satisfaites de leur vie sentimentale (31%, très satisfaites) et de leur vie sexuelle (28%, très satisfaites). Ce sont , pour la plupart, des femmes diplômées de haut niveau qui vivent dans les banlieues aisées ou les centre-ville.

Comment  les Européennes se situent-elles physiquement par rapport à leur conjoint ?

Il semblerait que la perception de la beauté physique des femmes par rapport à leur partenaire soit proportionnelle à l’âge. Plus les femmes sont jeunes, moins elles se trouvent belles au regard de leur conjoint. Les moins de 30 ans sont 42% à juger leur compagnon plus beau qu’elles. 31% ont entre 30 et 39 ans ; 22% ont entre 40 et 49 ans ; 17% entre 50 et 59 ans ; 15% ont 60 ans et plus.

On observe de la même manière une évolution de la perception de la beauté physique des femmes par rapport à leur partenaire, en fonction de la durée du couple. 39% des femmes en couple depuis moins d’un an jugent leur conjoint plus beau qu’elles. Elles sont 38% après 1 à 3 ans de vie commune, puis 34% de 3 à 7 ans, 23% de 7 à 20 ans et 17% pour les plus de 20 ans. 

Ainsi, plus le temps passe, plus le crédit beauté de leur partenaire s’efface.

Doit-on y voir les effets déclinants de l’après lune de miel ? Quoi qu’il en soit, la corrélation entre la baisse de l’admiration de la femme pour la beauté de son conjoint et la durée du couple, est bien réelle.

Qui sont les Françaises qui considèrent leur conjoint plus beau qu’elles ?

Ce sont pour 52% d’entre elles des femmes qui vivent en couple depuis moins d’un an. Elles sont majoritairement satisfaites de leur vie sentimentale et de leur vie sexuelle. 30% éprouvent à la fois du désir et de l’affection pour leur partenaire, et 31% le considèrent  très attentif à leur plaisir. Toutefois, la majorité d’entre elles ne sont pas satisfaites de leur aspect physique : 57% ne se trouvent pas jolies.


Pour être satisfaite de sa vie en couple, il est important d’être satisfaite de son aspect physique.

Comment se voient les femmes dans la sexualité ?

A la question « Diriez-vous de votre conjoint actuel qu’il est attentif au fait que vous atteigniez l’orgasme lors d’un rapport sexuel ? ».

Ce sont les Françaises qui recueillent le moins d’attention de la part de leur partenaire. 24% des femmes françaises ont un conjoint qui ne porte pas attention à leur plaisir. Vient ensuite l’Allemagne (19%), l’Italie et le Royaume-Uni (18%), puis l’Espagne (14%).

Profil des femmes européennes qui se trouvent dans cette situation

Ce sont majoritairement des femmes qui ne se trouvent pas jolies : 33% des européennes, qui ne ressentent pas une attention suffisante pour la satisfaction de leur plaisir sexuel, se jugent personnellement pas agréables à regarder. De là en découle une insatisfaction de leur vie sentimentale : 55% d’entre elles sont insatisfaites.

En France, 37% des femmes dans ce type de situation ne se sentent pas jolies, et 65% d’entre elles sont insatisfaites de leur vie sentimentale.

On le voit, il existe un lien évident entre la perception de son aspect physique et le bien-être dans sa relation amoureuse. Autrement dit, pour être satisfaite de sa vie en couple, il est important d’être satisfaite de son aspect physique. Les critères de beauté sont influencés par trois grands facteurs : l’âge, le poids, la référence à la norme.

Une conscience éveillée

La norme… Le mot est lâché, comme un lion dans l’arène. A cette époque où les canons de la beauté s’imposent et se mitraillent dans les magazines, les publicités  et sur les réseaux sociaux, quelle place reste t-il aux femmes pour se faire une idée autonome et impartiale de leur image ? En quoi ne sont-elles pas forcées à porter sur elles un regard dépressif et intransigeant, dès lors que leur corps ne rentre pas dans les cases, et les diktats de la beauté actuelle ? Une pression au quotidien qui entraîne, on le voit à travers les résultats de cette étude, une souffrance dans le corps et un mal-être dans le couple. Il est primordial de prendre conscience de cette influence pour s’en émanciper, et vivre son corps avec plus de bienveillance.

La norme c’est vous

On le sait, beaucoup de femmes sont attentives à la mode et à l’image qu’elles donnent d’elles-mêmes. La viralité des photos sur Pinterest ou instagram en témoigne, de même que la prolifération des vidéos de youtubeuses qui enchaînent les tutos de mode et de beauté… Dans cette ambiance d’influence massive, difficile pour la femme de passer au travers des mailles du filet du consensus implicite, qui s’auto alimente autour dune certaine idée de la beauté. Qu’elle le veuille ou non, la femme évolue donc à travers ce regard que la société porte sur les critères de taille, de poids et d’aspect idéal. Mais rien n’est perdu. A la question « Comment se voient les femmes ? Il est possible de répondre : « Elles se voient tel qu’elles ont envie d’être ». A elle d’imposer leur propre regard, leur propre norme, de se choisir personnellement, pour se réconcilier avec leur corps et leur image. Une bonne manière de vivre avec plaisir, dans un couple sans complexe !

*Naturavox, un site de ressources pour perdre du poids.

**A travers leurs expériences, Rosenthal et Jacobson ont démontré l’impact des aprioris positifs sur la pensée et les comportements de réussite.

Se réconcilier avec son corps pour vivre sans complexe

Laisser un commentaire

Votre adresse mail ne sera pas publiée.