La Saint Valentin, fête pour les uns, spleen pour les autres

13 février 2018
, 0 Comments

La Saint Valentin, comme chaque année, ne fait pas l’unanimité. Entre couples et célibataires, il y a comme une ligne de démarcation. Ce jour, souvent attendu par les amoureux, est un jour exécré par les autres. Pourtant, entre les deux, la frontière peut s’avérer bien fragile.

La Saint Valentin, célébrée le 14 février de chaque année, est la fête des amoureux. C’est le jour attendu des couples qui profitent de cette journée pour se rappeler leur amour et leur attachement l’un à l’autre. Ils s’offrent des fleurs, des cadeaux, redoublent d’attentions et de délicatesse.

Pour les célibataires, il en va tout autrement. La Saint Valentin est un des jours qu’ils appréhendent le plus. Car lorsque la solitude n’est pas un choix, elle devient, ce jour-là, tout particulièrement pesante.

C’est ce que révèle une étude québécoise, réalisée auprès de 537 célibataires, par le site de rencontre québécois EliteSingles.

À la question « Qu’est-ce-qui est le plus difficile à vivre pour vous en tant que célibataires au moment de la Saint-Valentin ? » :

  • 50% des célibataires interrogés répondent qu’ils redoutent de se retrouver seuls le soir de la Saint Valentin.
  • 16% supportent difficilement le battage médiatique et publicitaire durant toute cette période.
  • 14% vivent mal les remarques de leurs amis et proches sur leur célibat.

 

Qui sont les célibataires ?

D’après le dernier recensement de l’INC ( Institut national de la consommation), la France compte 18 millions de célibataires. Les hommes sont plus nombreux que les femmes à connaître le célibat. Cette différence entre les deux sexes perdure depuis ces dix dernières années.

  • En 2006, on comptait 33,2% de femmes célibataires contre 40,2% d’hommes célibataires.
  • En 2015, on comptait 36,7% de femmes célibataires contre 43,6% d’hommes célibataires.

Toutefois, il semblerait que les valeurs s’inversent, selon les tranches d’âge et les catégories socioprofessionnelles. Dans un article pour le Figaro.fr en 2015, Pascal Lardellier, sociologue et spécialiste du couple et du célibat, explique que ce sont les femmes cadres qui sont les plus nombreuses à vivre célibataires. Pas loin de 18% de femmes cadres, âgées de 30 à 59 ans sont célibataires, contre 14% d’hommes pour la même profession et la même tranche d’âge.

 

Panique chez les célibataires

En 2016, lors d’une conférence à Paris sur les célibataires, Yvon Dallaire, psychothérapeute québécois, rapportait que, si 28% des personnes vivant seules déclarent être heureuses, pour la plus grande partie, il s’agit davantage d’une solitude subie et non souhaitée.

Pas étonnant alors que la période de la Saint Valentin marque une augmentation significative des inscriptions sur les sites de rencontre. Le site Elite Rencontre, notamment, enregistre une hausse de son trafic de 60% au cours de cette période. Un trafic élevé qui ne donne pas pour autant de grandes et belles histoires d’amour, mais plutôt d’après les statistiques, des amours « feu de paille » qui n’auront servies qu’à combler un manque difficile à supporter durant cette période.

 

L’empathie, c’est « la capacité de regarder la vie à travers les lunettes de l’autre. »

 

Amours « feu de paille » et couples qui ne durent pas… Mais alors, qui sont ces couples qui parviennent à rayonner et à durer ensemble ?  Comment font ils pour être heureux  ? Dans son livre « Qui sont ces couples heureux ? » Yvon Dallaire nous explique que nous sommes des êtres de sagesse et de connaissance…

Les couples heureux sont résolument positifs. Par exemple, en cas de conflit, ils voient ensemble comment se mettre d’accord. « Être ensemble, c’est s’aider à grandir l’un et l’autre. », explique t-il.

C’est grâce  aux « habiletés relationnelles » qu’il développe ensemble que le couple peut réellement progresser vers une relation solide et durable. Une des qualités essentielles pour développer ces habiletés, réside dans notre propension à l’empathie.

L’empathie, c’est « la capacité de regarder la vie à travers les lunettes de l’autre. » Elle permet de comprendre l’autre et favorise une vraie ouverture sur notre partenaire. S’ouvrir à l’autre, c’est apprendre à mieux le connaître, et donc à mieux l’aimer.

 

Entre couple et célibat, il n’y a qu’un fil

Le nombre de divorces en France représente 50% des couples. Un chiffre qui, loin d’être anodin, nous révèle l’immense difficulté qu’ont ces couples à pérenniser leur relation.

Il nous montre que l’amour est un sentiment fragile qui, s’il n’est pas résolument entretenu, nourri et protéger, risque de se casser comme un fil.

 

Ce fil, c’est vous qui le tissez à deux

Selon la force de votre amour, l’authenticité et la volonté que vous lui donnerez, il sera aussi solide qu’un câble d’acier, et maintiendra entre vous un lien durable et profond.

S’il manque de détermination, d’attentions réciproques, de compréhensions mutuelles (souvenez-vous de l’empathie !), de dialogues chaleureux et constructifs, il sera aussi ténu qu’un fil de soie, et cassera inéluctablement.

Votre relation est entre vos mains. C’est vous qui décidez, à deux, le visage que vous lui donnerez. C’est vous qui, ensemble, la ferait rire ou pleurer.

 

Et les célibataires

Heureux ou malheureux, profitez de ce temps qui vous est donné pour vous consacrer à ce que vous aimez, à ce que vous êtes et à ce que vous voulez devenir.

« Le meilleur chemin pour aller vers l’autre c’est d’aller vers soi. En étant heureux avec soi-même, on augmente les probabilités d’être heureux en couple. », nous dit Yvon Dallaire.

Belle Saint Valentin les amoureux !

Laisser un commentaire

Votre adresse mail ne sera pas publiée.