L’âme soeur, une pensée antique

12 novembre 2016
, 2 Comments

L’âme soeur… Qui n’a pas utilisé un jour cette expression ? La plupart d’entre nous l’a employée au moins une fois dans sa vie.  L’âme sœur, cet autre, cette moitié qui nous est prédestinée et que l’on cherche éperdument. Mais d’où vient cette idée toute faite qu’il existe, quelque part dans le monde, notre  moitié qui nous attend ?

L’âme sœur , cette moitié essentielle  en l’absence de  laquelle nous nous sentons désespérément incomplets, est un concept qui nous vient de loin et que l’on retrouve dans divers courants de pensée.

Pour commencer,  il prend racine dans la mythologie Grecque. Dans le Banquet de Platon, écrit aux environs de 380 avant J-C., Aristophane raconte qu’aux débuts de l’humanité, l’être humain était très différent de celui que l’on connaît aujourd’hui. L’homme possédait quatre bras, quatre jambes, deux sexes et un tête à deux visages. Or, Zeus le dieu suprême, craignant les pouvoirs de ces êtres, décide de les couper en deux pour les affaiblir et mieux les asservir. Voilà donc nos pauvres êtres, désormais incomplets, condamnés  à rechercher éperdument  leur partie manquante. C’est l’éternelle quête de l’autre qui viendrait nous compléter à la perfection.

 

Cette expression, que chacun s’est approprié un jour, puise ses origines dans une pensée divine.

 

On le trouve aussi dans la légende juive qui raconte que dès le 46ème jour de sa conception, le garçon a d’ores et déjà une âme sœur qui lui est prédestinée par Dieu. C’est ce qu’on appelle le bashert, c’est à dire le destin. Mais, c’est sans doute à travers le principe du Yin et Yang que le concept des âmes sœurs est le plus connu. La mythologie chinoise raconte que hommes et femmes sont reliés à un Dieu par un fil rouge.  Ce Dieu est en charge de former les relations prédestinées.

Il semblerait donc que cette expression, que chacun s’est approprié un jour, puise ses origines dans une pensée divine. On ne choisit pas sa destinée amoureuse car elle dépend d’un pouvoir surnaturel, du pouvoir des Dieux. Chaque couple serait ainsi uni par une puissance qui les dépasse, sans aucune action, décision, ou choix possible.

Comme une évidence

D’où cette impression de certains couples qui racontent que lorsqu’ils se sont rencontrés la première fois ils semblaient se reconnaître. Leur présence leur a révélé cette évidence. Ils étaient prédestinés l’un à l’autre. Il avaient enfin trouvé l’âme soeur.

Quand on y regarde de près, on s’aperçoit que nous pensons souvent l’amour à travers des expressions toutes faites, comme celle-ci, que l’on s’approprie dans une sorte d’adhésion inconsciente, sous l’influence d’une empreinte culturelle, devenue avec le temps, quasi indélébile.

L’âme soeur, un concept ancestral, toujours vivant dans nos esprits, qui a  modelé  notre pensée amoureuse et notre quête de l’autre.

Et si l’on s’interrogeait aussi sur l’origine d’autres expressions toutes faites sur l’amour ?

Si vous en connaissez , faites-nous les partager.

Belle réflexion les amoureux !

2 reflexions sur : “L’âme soeur, une pensée antique”

  • Merci pour cet éclairage intéressant !

    • Merci Mistigriffe, ravie que cette réflexion t’est intéressée.

Laisser un commentaire

Votre adresse mail ne sera pas publiée.