Le tantra, retrouver l’amour perdu

22 février 2017
, 0 Comments

Le tantra,  un art pour trouver le chemin de l’amour. Un art qui se travaille et un chemin lent, parfois compliqué, qui demande du temps. Mais Pourquoi faut-il fournir tant d’efforts  ? Pourquoi est-il si difficile de vivre l’amour simplement et naturellement ? Nathalie Grandhomme et Dominique Bouilly, deux spécialistes praticiens du tantra, nous expliquent comment nous avons tous perdu l’amour, un jour, et comment faire pour le retrouver.

Nathalie Grandhomme est psychopraticienne et sexothérapeute. Elle anime  avec Dominique Bouilly, ostéopathe formé à la thérapie transpersonnelle, des stages de Tantra. Leur dernière conférence portant sur le thème « De la peur à l’amour » est l’histoire d’un voyage, d’une quête, d’un retour à l’amour. Plus exactement c’est l’histoire de deux voyages avec l’avant et l’après. Avant il y avait l’amour. Après , il y a eu la peur. Le premier voyage se fait dans l’amour : Tout commence lorsque nous sommes un bébé dans le ventre de notre mère. Nous baignons dans l’amour.

Natahalie Grandhomme explique : « On naît dans l’amour, on apprend la peur avec toutes les expériences qu’on vit. »

En effet, au moment de la naissance, tout change, tout se complique. L’arrivée au monde extérieur est notre premier stress. Nous quittons une ambiance chaude, feutrée, berçante et abondante, pour arriver dans  un monde de lumières, de bruits, d’air et de fraîcheur. C’est la première respiration, le premier cri, la première séparation. La peur commence là.

Mais que faire alors ? Comment retrouver cet état si rassurant, si confortable et tellement aimant, lorsqu’on a appris à grandir avec nos peurs, lorsqu’on s’est construit dans la peur ? Comment débloquer ce processus de construction négative ?

Nathalie nous apporte une première réponse : « Le chemin qu’on propose dans le tantra comme dans toute démarche spirituelle, c’est de se libérer des peurs pour retourner à l’état d’origine qui est l’état d’amour… »

 

Les peurs nous bloquent, nous paralysent et nous empêchent de retrouver l’état d’amour. Comment faire sauter nos verrous intérieurs pour rejoindre notre bien-être originelle, et revivre l’amour ?

 

Un chemin pour se libérer de nos peurs, celles qui nous verrouillent et nous empêchent de vivre pleinement. Pas la simple survie étroite que nous connaissons tous les jours. Un chemin qui nous fait connaître la vraie vie, avec une vraie respiration. Pour cela, il faut faire sauter les verrous de notre armure. Il faut faire sauter nos verrous intérieurs pour rejoindre notre bien-être originelle, et revivre l’amour.

Nathalie expose la situation : « Les peurs c’est des armures qu’on se met pour se protéger , ça nous garde dans notre zone de sécurité, bien confortable mais dans laquelle on peut être très à l’étroit. Donc l’idée c’est de faire un pas pour aller traverser la peur… et augmenter petit à petit sa zone de confort pour qu’elle devienne de plus en plus large pour qu’on puisse avoir plus d’espace. Donc il s’agit de faire tomber l’armure… Dans les stages on fait des exercices sur retrouver l’enfant intérieur… Quand on prend conscience de ses peurs de ses blocages de ses conditionnements… L’énergie qui arrive, c’est une énergie de joie,  d’amour et d’être qui est celle de l’enfant. »

Contre  toute explication, Dominique Bouilly nous prévient d’avance : « Le tantra se pratique davantage qu’il ne s’explique, il ne se définit pas, il se vit… C’est une expérience, une méthode d’expansion. »

Difficile en effet de parler et de définir une expérience corporelle qui valorise et développe les sens au détriment de l’intellect. Il nous donne toutefois quelques indices en précisant que Tan signifie « expansion de la conscience » ( il incarne le masculin). Tra signifie « libération de l’énergie, ( il incarne le féminin). Le tantra est donc une libération de l’énergie à travers l’expansion de la conscience. Nous abritons en chacun de nous un côté masculin et un côté féminin. Le tantra relie ces deux pôles pour créer l’unité en soi. Il s’agit de sortir de la dualité homme/femme, esprit/corps, mal/bien.

 

 

Le Tantra , le massage, les méditations, la respiration… et les chakras

les 7 chakras

Dominique présente les stages et les pratiques : « Dans nos stages, nous travaillons beaucoup autour du massage qui amène beaucoup de détente. C’est un massage lent qui amène beaucoup de conscience dans le corps. Nous pratiquons aussi différentes méditations, un travail énergétique, des temps de parole…Le souffle et la respiration ont beaucoup d’importance. Le Tantra, c’est un art de vivre dont la base est le ralentissement. »

Il explique que les 7 niveaux énergétiques ou chakras sont reliés à un organe. Il précise à ce sujet : « On travaille tous ces niveaux mais principalement les 3 premiers. C’est là où on est le plus vulnérable. Cela suppose un vrai travail su soi. »

1er chakra

Au niveau du périnée, jambes et pieds : les peurs bloquent le 1er chakra. c’est là-dessus qu’il faut commencer à travailler. Il est en lien avec le 7ème qui est le spirituel. On a donc un lien entre le matériel et le spirituel.

2 ème chakra

Au niveau bas du ventre : c’est la créativité, le siège de l’énergie vitale. Il est lié avec le 5ème chakra : la communication.

Ce qui bloque à ce niveau, c’est la culpabilité puisque c’est le centre énergétique du plaisir, de la sensualité.

3 ème chakra

Au niveau du plexus solaire : apprendre à dire non, c’est dire non à l’autre pour se dire oui à soi . Ce qui bloque, c’est la honte. Les gens qui ont honte de leur corps, ou de leur passé. Il est relié avec le sixième.

4 ème chakra

Au niveau du cœur : ce qui bloque c’est la tristesse. Le travail, c’est de trouver des limites. Il s’agit d’exprimer ce qui est bon pour soi ou mauvais.

5 ème chakra

Au niveau de la communication. C’est trouver l’équilibre entre écouter, s’écouter et être écouté.7 chakras

Ce qui bloque, c’est le mensonge, c’est se mentir à soi-même, ne pas oser dire sa vérité.

6 ème chakra

C’est le 3ème œil. C’est voir autrement, c’est le contraire des illusions. C’est avoir plus de conscience dans ce qu’on fait. Ce qui bloque c’est l’illusion.

7 ème chakra

C’est l’acceptation de la vie, de qui je suis. Ce qui bloque, c’est l’attachement.

 

 

Le Tantra et la sexualité, à ne pas confondre avec course à l’orgasme et hyper sexualisation

Dans le Tantra, la sexualité est une énergie sacrée que l’on développe en soi pour éprouver bien-être et sérénité. Cette pratique a malheureusement été déformée et complètement détournée par certains professionnels peu scrupuleux. Certaines personnes sont attirées par le concept mais elles sont retenus par une peur liée à cette déformation et à cette connotation très sexualisée du Tantra.

Nathalie évoque les dérives malhonnêtes autour du Tantra : « C’est récupérer par des salons de massage pour de la prostitution déguisée… le Tantra a été très associé à la sexualité, parce que c’est la seule voie de transformation spirituelle qui ne rejette pas le corps.  Le Tantra dit que c’est avec le corps et avec la sexualité, en utilisant cette énergie, qu’on va pouvoir monter. Elle est rendue sacrée. »

 Dominique ajoute : « La sexualité, c’est le point de départ mais pas la finalité. La finalité c’est l’expansion de conscience pour une sexualité plus épanouie et vraiment différente de

 

Enregistrer

la sexualité ordinaire… La proposition du tantra c’est d’expanser la sexualité, de lui donner une dimension beaucoup plus grande qui apporte de la détente plus que du plaisir. Le but principal c’est de la détente. Dans la sexualité ordinaire, il y a des hormones dans des pics d’orgasme ordinaire qui séparent les personnes. Après la sexualité, les personnes ne sont pas très bien, elles sont séparées. Dans la pratique du  tantra on une meilleure connexion, dans la lenteur, dans la présence à l’autre, dans la douceur. On amène les personnes à une sexualité beaucoup plus consciente. »

Avec le Tantra, on pratique une sexualité en dehors de notre temps. Dans notre civilisation occidentale, nous vivons dans un temps de performance, de fantasmes, d’orgasmes obligatoires. Dans le Tantra, on prend le temps de venir à l’autre, de se connecter, de se toucher, de se découvrir. On apprend à se connaître par le massage et les pratiques manuelles. Le Tantra c’est la rencontre de soi avec l’autre dans une respiration lente et profonde.

 

Dominique  s’adresse aux hommes et leur annonce une bonne nouvelle !

« Nous en tant qu’homme, on est obnubilé par notre érection, c’est la performance, c’est ce qui nous prend la tête tout le temps, les femmes ne s’en rendent pas compte. C’est une obsession pour les hommes… On peut avoir une sensualité et une sexualité épanouie avoir une relation satisfaisante sans érection. Arrêtez de penser à votre érection et concentrez vous sur votre ressenti. C’est valable tout le temps dans la vie. Les personnes de 70, 75 ou 80 ans, peuvent être dans le tantra et être dans cette connexion là. »

Le Tantra, une pratique très à la mode mais aussi très déformée. Occidentalisée depuis les années 80, elle a été récupérée par des salons de massage qui ne pratiquent pas le massage tantrique.

Heureusement il y a de vrais professionnels du Tantra. Il est important de se renseigner et de s’informer sur la formation, les diplômes et la pratique du praticien avant de se lancer.

 

Belle expansion amoureuse  les amoureux !

Pour en savoir plus♥♥

Le site de Dominique Bouilly : Tantra nature

Enregistrer

Laisser un commentaire

Votre adresse mail ne sera pas publiée.