À l’horizon de l’autre, Ariane Angeloglou

19 décembre 2018
, 0 Comments

« À l’horizon de l’autre »… Au fil du temps, nous nous éloignons les uns des autres. À courir après des bonheurs artificiels, argent, gloire, compétition, l’être humain cultive l’individualisme et perd l’essentiel. La vraie richesse est ailleurs. Il est temps de lui faire une véritable place ! C’est le message que nous envoie Ariane Angeloglou dans son livre, publié aux éditions Dervy.

« À l’horizon de l’autre », un titre plein de poésie mais aussi très évocateur. Ariane Angeloglou, journaliste dans le domaine de l’art et ex-rédactrice en chef du magazine « Zen Attitude », amoureuse de la vie et de l’humain, nous invite à nous réapproprier « notre pouvoir d’aimer ».

Elle explique que nos modes de vie stressants nous détournent de l’Autre. On ne prend plus le temps de le regarder, de le considérer, de le remercier, ou même tout simplement, d’aller à sa rencontre. N’aurions-nous plus la curiosité de l’autre ?

De ce fait, l’amour que chacun(une) porte en soi, se ratatine, s’appauvrit, s’assèche. C’est comme une sorte de déshumanisation lente. Il y a quelque chose d’essentiel en nous qui s’efface, qui ne pétille plus.

Pourtant « … nous ne sommes rien sans l’autre. », nous dit Ariane Angeloglou. Que faire alors pour se retrouver « À l’horizon de l’Autre » ?

 

Comment faire à nouveau vibrer et rayonner l’amour ?

Pour raviver l’amour entre chacun(e) de nous, il faut oser aller vers les autres, leur témoigner notre considération, notre reconnaissance. Un regard bienveillant, une poignée de main chaleureuse, un sourire… « Un sourire est un brin d’amour déposé sur les lèvres », tout peut être un témoignage d’amour et, dans la foulée, contribue à le développer, car l’amour est contagieux. L’amour est un état d’esprit qu’il faut s’autoriser « Osons manifester notre bienveillance, notre considération de l’autre. Osons remercier celle ou celui qui nous donne. Veillons à savourer ces formes d’amour comme une délectation et les communiquer à notre tour. »  dit-elle.

 

Il s’agit d’organiser la résistance au désamour. Cultivons l’énergie amoureuse qui est en nous, nourrissons-la quotidiennement en commençant par nous aimer nous-même.

 

« Il en va de notre survie » explique Ariane Angeloglou. Dans notre monde commandé par la finance, le gain, le profit, l’être humain se perd. En focalisant ses motivations et ses comportements sur la surproduction et la consommation, inconsciemment, il se transforme en objet. Il prend, utilise, puis, sans aucune reconnaissance, jette et recommence…

Nous évoluons dans un esprit de compétition, de concurrence les uns par rapport aux autres, ce qui renforce notre individualisme et, à fortiori, nous éloigne de l’Autre. C’est comme cela que l’être humain oublie l’essentiel, le primordial, la seule chose qui puisse vraiment le rendre heureux, l’amour. Pour cela, Ariane Angeloglou nous engage à développer « notre pouvoir d’aimer »

Il s’agit d’organiser la résistance au désamour. Cultivons l’énergie amoureuse qui est en nous, nourrissons-la quotidiennement en commençant par nous aimer nous-même. Comment respecter l’Autre si l’on ne se respecte pas soi-même ? Cultivons notre estime, notre bienveillance, notre valeur personnelle en nous affirmant comme un sujet et non plus comme un objet.

 

Ariane Angeloglou « A l’horizon de l’autre », 239p, 22€, Éditions Dervy

 

Adopter la love attitude 

L’amour que l’on cultive en soi peut ainsi s’offrir à l’Autre. C’est comme cela qu’il se transmet et se renouvelle. Faire passer l’amour aux autres, c’est l’objet du livre d’Ariane Angeloglou.

« Il devient urgent de prodiguer l’amour de manière organisée, de lutter à titre individuel contre l’absence d’amour, et de le dispenser, geste par geste, pour étoffer son tissu. »

Dans son livre « À l’horizon de l’autre », elle propose un abécédaire sur l’amour, de A à Z, constitué de citations, de poésies, de nouvelles et de dialogues échangés par « Elle et Lui, son petit couple référent » qui se parlent et s’interrogent au fil des pages. Les dessins, encres et pastels de André Vidgrain qui illustre le livre, accompagnent en couleurs et en délicatesse, notre cheminement à travers l’ouvrage.

Des réflexions, des interrogations, des inspirations sur les sujets de l’amour : bienveillance, baiser, caresse, devoir conjugal, écouter, faire, goût, honte, imagination, jouissance, soleil, tendresse, univers… Il suffit juste de se laisser porter par les mots d’amour, de s’en nourrir,  pour mieux dépasser les maux de l’amour et se retrouver « À l’horizon de l’autre ». Ainsi connectés aux ondes de l’amour, notre plus grande richesse intérieure se nourrit, se développe et se partage… Ensemble, amplifions notre vigilance à conserver ce bien précieux. C’est le début de la résistance, sous la plume amoureuse et poétique d’Ariane Angeloglou:

« Aux larmes citoyens, veillons sur nous-mêmes

seul, l’amour reste lucide dans l’errance.

Libérez votre bienveillance ! »

♥♥♥

 

Laisser un commentaire

Votre adresse mail ne sera pas publiée.