Le séducteur, faut-il s’en protéger ?

14 août 2019
, 0 Comments

Le séducteur, un profil bien trompeur. Pour ne pas tomber dans ses filets, mieux vaut savoir le repérer. Habile et beau parleur, il sait enjôler. Sensible à la flatterie et aux compliments, la gent féminine en fait souvent les frais. Comment le reconnaître et déjouer ses pièges ? Le psychothérapeute, Pascal Anger, nous fournit une grille d’indices très utile.

Le séducteur est un joueur inaltérable. Inutile donc d’imaginer que l’on pourra le changer un jour. Sauf s’il se donne à lui-même la possibilité de s’en libérer, rien ne pourra le sortir de sa dépendance. Selon son profil , on le voit souvent, soit tirer à quatre épingles, le regard charmeur pour se faire admirer, soit au taquet dans les conversations pour briller aux yeux des autres, soit au milieu d’un groupe pour amuser la galerie et capter son attention… Sa principale motivation est donc d’être le centre d’attraction privilégié du moment. Un exercice qui, s’il nourrit quotidiennement son égo, n’est pas sans révéler le symptôme de problèmes personnels non résolus. Ainsi, d’après Pascal Anger, dans son obsession de plaire, le séducteur serait un prédateur, autant pour les autres que pour lui-même.

Les dessous de la séduction

« Il est malheureux, explique le psychothérapeute, et a besoin d’être rassuré en permanence. La séduction est un travail au quotidien, c’est comme une recherche de propreté et de pureté, cela peut paraître étonnant et pourtant… Le séducteur lutte contre l’impureté de ses désirs sexuels et de leurs conséquences. »

Ses effets

Une lutte pénible, peu propice à la création d’une relation amoureuse pérenne « Le séducteur laisse penser à sa nouvelle partenaire qu’elle sera la dernière, mais c’est sans penser à la prison dans laquelle il se trouve. L’enfer de toujours recommencer l’exercice de la séduction. Chaque conquête est un nouvel exploit. » précise Pascal Anger.

Son origine

La tâche est ardue et aliénante pour le séducteur qui remet sans cesse en jeu son pouvoir de séduction. Cette conduite obsédante témoigne en réalité d’une carence de confiance. Inlassablement, il demande aux autres de valider ce qui lui manque profondément « Contrairement aux apparences, le séducteur manque de confiance en lui, sa volonté de séduire repose sur une faille narcissique, une dépendance insatiable au regard de l’autre. Il est esclave de ce besoin de reconnaissance qui lui vient de l’enfance. » explique le psychothérapeute.


Le séducteur donne souvent l’impression de vouloir s’échapper, plongeant l’autre dans une grande frustration. Oui le séducteur est un chasseur, il n’a pas peur d’aller à la conquête de l’autre…

Pascal Anger

Comment reconnaître un séducteur ? Il y a celui que l’on identifie parfois au premier regard et celui qui se fait plus discret. Incorrigibles charmeurs, tout autant l’un que l’autre, leur point commun réside dans leur soif de reconnaissance. Pascal Anger décrit plusieurs types de séducteurs :

« Ceux qui bondissent d’une conquête à l’autre sans répit. La peur de passer inaperçu, ne pas être vu et reconnu… Un besoin d’occuper la première place.

Ceux qui ont besoin de se faire mousser et briller en société grâce ou à cause de leur besoin incessant de reconnaissance et leur besoin de faire rire.

Il est un autre type de séducteur, celui qui facilite les contacts et donne du piment à la relation grâce à son humour et sa galanterie.

Un véritable conquérant, enthousiaste, toujours en quête de nouveauté, jamais rassasié, c’est sans doute le portrait sans retouche du séducteur. Il vit le moment présent sans penser à demain, c’est avant tout un jouisseur. » poursuit le psychothérapeute.

L’amour ludique

Le plus gros inconvénient avec le séducteur, c’est son appel compulsif en direction de l’extérieur. Difficile, pour cela, de poser les bases d’une relation stable tournée vers la simple satisfaction du couple. Il semble davantage fait pour les multiples aventures que pour l’amour. Le séducteur évolue dans un état d’esprit particulier, explique Pascal Anger, et serait, avant tout, perpétuellement en quête de proie. Attention donc aux âmes sensibles en recherche d’un amour authentique et durable ! Sous ses airs charmeurs, le séducteur propage un amour trompeur.

Chasseur de proie

« Le séducteur donne souvent l’impression de vouloir s’échapper, plongeant l’autre dans une grande frustration. Oui le séducteur est un chasseur, il n’a pas peur d’aller à la conquête de l’autre, non pas dans le but de le détruire, mais parce qu’il est curieux et aime l’aventure. Énergique et dynamique, il n’est pas dépourvu d’un bon sens de l’humour, ce qui fait souvent craquer. C’est un homme désabusé qui ne croit plus à l’amour et qui préfère jouer et multiplier les conquêtes. Une fois la période de séduction passée, il se remettra à la recherche d’une nouvelle proie. », prévient le psychothérapeute.

Partager la vie avec un séducteur n’est donc pas facile et peut même s’avérer souvent blessant. Etre en présence d’un partenaire qui cherche en permanence à charmer l’extérieur laisse à penser que nous avons peu de valeur à ses yeux. Ce qui n’est pas sans conséquences sur notre développement personnel.


La séduction est un moteur dans les relations humaines mais gare à la destruction.

Pascal anger

« Le problème pour la partenaire est de se sentir niée. Elle risque de ressentir une baisse d’estime d’elle-même qui peut la mener à se déprécier, voire même, la conduire à la dépression. » explique Pascal Anger.

Que faire ?

Si l’on s’est attachée à un séducteur, que l’on s’interroge, ou que l’on souhaite développer une relation amoureuse durable à ses côtés, Pascal Anger nous donne quelques conseils :

« Les questions que l’on peut se poser sont pourquoi ai-je choisi ce type de partenaire ? Comment sortir de la souffrance ? Surtout si la fidélité est au cœur de la relation.

Essayez de comprendre son attitude sans vous braquer. Il vous a plu par son côté séducteur, valorisant chez vous la sensation d’être l’élue parmi la cour, alors ! A vous de donner les règles du jeu et les limites, à prendre ou à laisser.« 

Le psychothérapeute ajoute toutefois qu’il est primordial de rester lucide :

« Souvent on est dans un espoir et une volonté de retourner la situation. On attend que le séducteur revienne à de meilleurs sentiments. Mais n’oublions pas qu’il est prisonnier de son système. La séduction est un moteur dans les relations humaines mais gare à la destruction. »

Faire un choix

A chacune alors de faire son choix en toute conscience. Fuir ou vivre avec un Don Juan ? Sachant que si l’on souhaite vivre à deux, il est préférable de développer une relation saine et épanouissante, dans un contexte rassurant et constructif.

La lucidité, un atout pour se protéger des prédateurs

Laisser un commentaire

Votre adresse mail ne sera pas publiée.