Comment se réconcilier avec son corps ?

27 juin 2019
, 0 Comments

Comment se réconcilier et vivre en paix avec notre corps ? Exigence, insatisfaction, surmenage, notre corps est en permanence mis à l’épreuve. On le sollicite sans l’écouter. On lui ordonne sans le respecter. Nous vivons comme en décalage de cette « machine » qui ne fait pas vraiment partie de nous-même. Malveillance, intransigeance, souffrance en découlent. Et si l’on partait en voyage, pour une rencontre apaisante avec notre corps ?

Comment se réconcilier avec ce corps, sujet de tant d’injonctions et de sollicitations ? Lui qui accompagne et soutient chaque seconde de notre vie. Lui qui se lève chaque matin, nous permet de bouger, de penser, de réaliser, de réagir, de survivre, d’aimer… Avons-nous penser, au moins une fois, gentiment à le remercier ?

Soumis à une culture qui nous apprend davantage à utiliser notre corps plutôt qu’à l’aimer, nous nous comportons avec lui comme s’il devait être à notre service. Mais au service de quoi et de quelles valeurs ?

Est-ce le rythme stressant de notre vie quotidienne, la pollution de notre environnement, la nourriture industrielle, l’individualisme, la conformité aux normes esthétiques occidentales, la performance sexuelle ?

On nous conseille de plus en plus de vivre dans le bien-être et l’harmonie intérieure, mais pouvons-nous être véritablement heureux et épanouis si nous restons invariablement dépendants des influences extérieures négatives ?


La science montre que chacune de nos pensées a un effet sur chaque cellule de notre corps.

Comment se réconcilier avec notre corps si nous demeurons absorbés par le regard des autres ? Certes, Il suffirait de s’en détacher. Un travail pourtant pas si simple, car comment se considérer d’un œil neutre quand les médias nous mitraillent quotidiennement les diktats de la beauté ? Beaucoup portent un jugement intransigeant sur leur corps lorsqu’il ne correspond pas aux normes esthétiques de nos sociétés occidentales. Beaucoup le vivent à travers ce prisme limitant qui les emprisonne. Trop gros, trop maigre, trop flasque, pas assez musclé, pas assez droit, pas assez grand, pas assez jeune… Chacun.ne fait un focus sur ce qui ne rentre pas dans le code, le transforme en complexe et en reproches qui s’adressent en permanence à ce corps qui n’y est pour rien, mais qu’ils perçoivent comme imparfait.

Le corps étranger

Un code qui finit par nous enfermer dans un corps que l’on rejette et que l’on vit presque comme un « étranger » qui ne correspond pas à ce que l’on veut, ce que l’on attend ou, plus précisément, à ce que la société attend. C’est ainsi que l’on arrive à vivre mentalement en dehors ou à côté de son corps. C’est comme si l’on se disait chaque jour « Ce corps est là, avec moi, parce que je ne peux pas faire autrement. » « Il me fait honte, si je pouvais, je m’en débarrasserais et le remplacerais par un autre. »

La science montre que chacune de nos pensées a un effet sur chaque cellule de notre corps. Quel sort lui réservons-nous alors ? Comment réagit-il à ce rejet de notre part ? Quelles peuvent en être les conséquences ?

Serait-ce en lien avec la dépression, les maladies, la fatigue, les addictions ?Comment se réconcilier alors avec son corps ?

Les nourritures du corps

Et si nous décidions d’arrêter de le malmener en le regardant autrement ? C’est notre corps qui nous porte. Il contient notre force et notre puissance de vie. Bien sûr, nous le nourrissons des apports extérieurs. C’est pour cela que nous devons choisir le meilleur pour lui. Notre corps se nourrit de ce que nous lui offrons chaque jour. Offrons lui alors la qualité, le respect, la considération. Donnons-lui l’opportunité de développer notre richesse  et notre force intérieure.

Même si ce n’est pas toujours facile, nous pouvons pas à pas, transformer notre regard sur nous-même. Cela passe par une autre manière de se traiter et de se considérer.

Comment se réconcilier avec son corps ?

Se regarder avec bienveillance

Commencer par se regarder nu dans un miroir en pied, pour voir globalement la totalité de notre corps. Sans s’attarder sur les détails, on voit le reflet de notre image dans le miroir. Chaque jour, en veillant à ne porter aucun jugement, on apprend à accepter son corps dans sa vérité.

Aimer être nu.e

La nudité est une merveilleuse manière de se familiariser avec son corps et d’accepter son image. Ressentir l’air sur toute notre peau, être en contact direct avec les éléments nous replace dans notre dimension naturelle d’être vivant. La nudité nous rapproche de notre corps, redéploie nos sens, et nous donne la sensation de vivre pleinement.

Toucher son corps

Se laver en conscience, dans la lenteur, permet de redécouvrir son corps. Suivre à mains nues les formes de son corps, yeux ouverts ou fermés, favorise une reconnaissance de soi-même. Ce contact direct avec la peau, les muscles, les os, aide à se reconnecter avec soi-même et génère un sentiment d’indulgence et de bienveillance.

Voyage intérieur

Au moins trois fois par semaine, on fait une pause de 10 minutes avec son corps. Allongé.e confortablement, dans une respiration lente et profonde, on part à la rencontre de nous-même. C’est un voyage intérieur qui commence aux orteils des pieds et qui remonte progressivement jusqu’à la pointe des cheveux, en passant par toutes les parties de notre corps. Attentif.ve, à l’écoute de nos ressentis, de nos crispations, de nos tensions ou de nos douleurs internes, on se demande tranquillement« Comment je me sens à cet instant ? » Notre corps nous parle et nous indique comment se réconcilier avec lui.

 De cette manière, on apprend à se connecter avec soi-même, à se comprendre, à s’écouter, à se considérer et à s’apaiser.

L’auto-massage

Faire la paix avec son corps, c’est en prendre soin pour lui faire du bien. L’auto-massage est un excellent moyen de témoigner un profond respect à son corps. C’est un temps qu’on lui accorde et qui lui est entièrement dédié. Il se pratique en fonction de ses besoins du moment. Les mains, la nuque, la tête, les épaules, les pieds… Il est possible de pratiquer toutes sortes de massage, que ce soit pour soulager des tensions ou simplement se relaxer. Pour cela on choisit une huile de massage bio de préférence. Généralement, pour un auto-massage relaxant, on utilise les huiles de Tournesol, de Pépin de raisin ou encore de l’Amande douce.

La posture de yoga de la montagne

Pour se reconnecter à notre puissance intérieure, si l’on se sent fragile dans notre corps, que l’on n’a pas confiance en soi, que l’on a l’impression de n’être rien, de ne pas mériter d’exister, il est possible de développer et de cultiver notre force intérieure par l’exercice quotidien de la montagne, en sanskrit, Tadasana.

Cela se travaille à partir du premier chakra (racine). Grâce à lui on développe notamment le droit d’être, d’exister, d’aimer notre corps. Voici un exercice inspiré de Maryse Lehoux, professeur de yoga au Québec.

Ressentir notre être grandir

1ère étape : méditation (environ 5 minutes)

Trouver une position assise confortable. En tailleur au sol ou sur une chaise. Fermer les yeux. Poser les deux pieds au sol. Le dos est droit et le dessus de la tête tendu vers le ciel. Pouce et index se touchent avec les paumes vers le bas. Se détendre et se relâcher. Prendre contact avec le corps physique. Prendre contact avec les parties du corps qui touchent le sol, la chaise, et pousser dans ces parties du corps. Sentir que l’on a le droit d’être là. Observer son énergie intérieure. Est-elle en contraction ou en expansion ? Si elle est en expansion, la laisser se déployer dans tout le corps. Si elle est en contraction, la laisser se déployer à son rythme. Ressentir notre être grandir et prendre sa place. « Plus vous vous donnez le droit d’être, et plus vous serez vous-même. » explique Maryse Lehoux.

Sentir qu’on a le droit d’aimer son corps

2ème étape : Posture de la montagne

Position debout. Les pieds sont ouverts à la largeur des hanches (pas serrés l’un contre l’autre). Appuyer la base du gros orteil dans le sol. La tête est tendue vers le ciel. Les épaules sont ouvertes. Les bras le long du corps, les paumes des mains ouvertes vers l’avant. Le pubis est vers le nombril pour connecter le haut du corps avec le bas du corps. Le regard porte droit devant soi.

Respirer calmement, profondément. Pousser les pieds dans le sol. Observer si l’énergie est en contraction ou en expansion. Donner libre cours à notre expansion par une respiration ample et profonde en ouvrant les épaules.

Cette posture permet de reprendre confiance en soi et d’oser exprimer qui l’on est vraiment. Elle se pratique pendant 3 minutes ou plus si on le souhaite. Pour sortir de la posture, relâcher doucement le corps.

Remercier son corps

Chaque jour, témoigner gratitude et reconnaissance à ce que nous sommes, aux forces et aux énergies qui nous habitent, grâce auxquelles on peut se réaliser et former des projets. Honorer notre corps pour sa présence, sa puissance et les plaisirs qu’il nous permet de goûter et de savourer. S’adresser à lui, à haute voix ou en silence, et lui dire« Merci ».

De l’extérieur vers l’intérieur

Cette série d’exercices est un premier guide qui nous enseigne comment se réconcilier avec son corps. Elle nous permet de passer de l’extérieur vers l’intérieur. Ce retour à soi est essentiel pour nous réconcilier avec notre corps et se mettre à son écoute. On apprend ainsi à s’aimer tel que l’on est, à utiliser nos forces intérieures pour nous accepter et nous respecter. Aimer notre corps, c’est faire union avec lui, sans le désavouer. C’est avoir le droit et le plaisir de choisir ce qui lui convient le mieux. Réinsuffler de l’énergie, de la conscience, de la bienveillance, de l’amour à toutes nos cellules et tous nos organes, voilà une belle manière de se réapproprier notre corps, dans le bonheur et dans la joie !

Se réapproprier notre corps dans le bonheur et dans la joie

Laisser un commentaire

Votre adresse mail ne sera pas publiée.