Voyage au pays de l’amour de Jacques Salomé

8 décembre 2018
, 0 Comments

Voyage au pays de l’amour, une invitation à la découverte de la plus belle aventure humaine. Chacun la guette, l’espère, l’attend, l’imagine avec émerveillement. Pourtant, la plupart d’entre nous ont tous cassé un jour, une, deux ou trois de ces belles lettres du mot « amour ». Pourvu qu’il nous en reste au moins une, afin de poursuivre ce merveilleux voyage ! Dans son livre, paru aux éditions de l’Homme, le psychosociologue Jacques Salomé, éclaire et balise pour nous le chemin.

Voyage au pays de l’amour… Un titre enchanteur qui éveille joie et ravissement. Nous avons tous besoin d’aimer et d’être aimés. Souvent aussi, nous sommes portés à nous engager dans une vie à deux. C’est là que le vrai voyage commence. Un périple aux mille désillusions, un parcours initiatique plein d’écueils, forçant notre émerveillement, parfois, à disparaître comme le soleil derrière un nuage. Oui, le chemin est rude avant d’atteindre la félicité !

À tous moments, obstacles et embûches surgissent sous nos pas, menaçant le fragile équilibre que nous avions tenté de créer. Épreuves et pièges pour grandir et nous dépasser ? Bien habiles ceux qui sauront les déjouer. Nul doute que ceux qui resteront ensemble, et entiers, à dérouler ce merveilleux tapis du cœur, pourront se vanter d’avoir appris à conjuguer, par tous les temps, le verbe aimer !

 

Oser le voyage

Mais il faut oser faire le voyage nous dit Jacques Salomé. C’est l’occasion d’explorer des questions essentielles que l’on se pose au sujet de notre couple. « Que faire pour maintenir vivace le désir d’être ensemble ? », « Comment faire durer l’amour ? », « Comment ne pas se leurrer avec l’illusion possible qu’un changement de partenaire puisse être une solution ? »

Pour cela, il est indispensable de distinguer le vrai du faux. Il faut être capable d’identifier ce que Jacques Salomé nomme les « pseudos-amours ». Il explique qu’il ne faut pas confondre les déclarations d’amour avec de l’amour. On peut dire « Je t’aime » sans être capable de donner de l’amour. On peut parler d’amour et faire l’amour, mais ne jamais pouvoir aller jusqu’à l’autre.

 

Développer l’amour de soi

Aimer l’autre, c’est déjà pouvoir s’aimer soi-même. Cet état d’amour pour soi renforce l’estime, la confiance personnelle et laisse à penser, comme une évidence, que l’on mérite d’être aimé. Ce travail sur soi est essentiel.

Le psychosociologue explique que, bien que ce ne soit pas valorisé par nos sociétés qui épinglent facilement du péché de narcissisme, d’égocentrisme, d’égoïsme, cette démarche bienveillante à son propre égard,  il est absolument nécessaire de s’aimer soi-même.

«…le plus beau cadeau que nous puissions faire à nos enfants n’est pas tant de les aimer mais de leur apprendre à s’aimer. », nous dit-il, car l’enfant qui ne s’aime pas, aura du mal à aimer.

Peut-être que, finalement, le vrai voyage au pays de l’amour commence ici, sur les chemins de notre enfance ?

 

Pour aimer l’autre

Il faut pour cela respecter « sept besoins relationnels fondamentaux » selon Jacques Salomé :

« Besoin de dire, d’être entendu, d’être reconnu, d’être valorisé, d’intimité, d’exercer une influence sur nos proches, de rêver. »

Grâce à cela, il devient possible d’aimer, c’est-à-dire «… d’offrir de l’amour à quelqu’un d’autre, quelqu’un que nous allons identifier, reconnaître comme un être cher ou important, que nous allons privilégier comme unique parmi toutes nos autres relations et connaissances. »

Ce que nous révèle aussi ce voyage au pays de l’amour, c’est que nous avons une sournoise habileté à saboter notre relation. Il explique que ce n’est pas l’amour qui fait mal, mais notre manière de le donner ou de le refuser. C’est la maladresse de nos réponses ou de nos demandes, les non-dits, les attentes, les exigences, nos problèmes non résolus – tout ce qui fait que l’on maltraite notre amour.

Jacques Salomé nous donne un ensemble de conseils sur les questions clés à se poser, les conduites et comportements pièges à éviter lorsque l’on rentre en amour avec un (e) autre.

 

À la rencontre de notre enfant intérieur

En début de relation, nous sommes dans l’espoir et l’illusion. On croit à une relation qui va s’accorder, s’harmoniser, n’ayant pas conscience que cette rencontre amoureuse va faire l’objet d’une confrontation de deux enfants blessés.

Selon leurs « mythologies personnelles… ensemble de croyances fondées sur des certitudes acquises dans l’enfance », chaque partenaire va agir et réagir aux diverses situations qu’il(elle) rencontre. C’est souvent dans la plus parfaite inconscience qu’il(elle) sera particulièrement touché(e) par cette remarque-là, ce  geste-là, cette attitude-là.

Il est donc important, voire crucial, de connaître nos blessures intérieures les plus profondes, de savoir comment elles se rappellent à notre souvenir dans certaines situations et de savoir comment on risque de réagir (souvent mal ) pour s’en protéger. Cette connaissance de nous-même nous permet de prévenir les malentendus, les disputes, les sabotages qui abîment notre relation. Bien sûr, si l’on ne parvient pas à réaliser ce travail seul(e), il est possible de se faire aider par un psychologue, psychothérapeute…

 

Le grand défi de l’amour

Ce que nous ne savons pas forcément, c’est que la solidité et la longévité de notre couple dépend, en grande partie, de notre capacité à prendre conscience de la vulnérabilité de notre partenaire, mais aussi et surtout, de notre capacité à l’accueillir.

Ainsi, nous allons devoir parcourir de nombreux kilomètres ensemble vers cet accueil, cette « tendresse », cette « ouverture », ce « partage », cette « écoute bienveillante et cicatrisante » de nos deux enfants blessés.

Car nous ne sommes pas ensemble par hasard. Le choix de cette personne n’est pas anodin. Il porte en lui les signaux de ce que nous devrons travailler en nous : « Par quel cheminement avons-nous choisi cette femme, cet homme qui va remettre en cause nos croyances, nos certitudes et nous obliger à découvrir nos plus grandes vulnérabilités ou nos possibles inexploités ? »

La vie à deux est un chemin initiatique de soi vers soi, et de soi vers l’autre. Il y a à se réparer chacun de son côté, pour pouvoir aimer ensemble notre couple.

 

Voyage au pays de l'amour

Jacques Salomé, Voyage au pays de l’amour, 217 p, Éditions de l’Homme

♥♥♥

Peut-être alors, pourrons-nous, un jour, prendre de la hauteur dans notre montgolfière d’amour. Et survoler d’un œil amusé, mais profondément soulagé, nos disputes, nos tempêtes, nos malentendus, nos illusions, nos blessures réparées ? Peut-être faudra-t-il encore lâcher du lest, parfois, de notre belle embarcation ? C’est normal, car l’on n’a jamais fini de grandir et d’apprendre, ensemble. C’est l’infini voyage au pays de l’amour !

Il y a encore bien d’autres questions essentielles à se poser, bien d’autres intentions à donner pour entrer en harmonie dans notre vie à deux. Tout au long de son ouvrage, Jacques Salomé nous les livre généreusement, en les accompagnant de nombreux témoignages, très sincères et souvent très touchants de personnes qu’il a accompagnées.

 

Poursuivre le voyage…à deux

Un livre à découvrir à deux, et à s’offrir, puisque c’est bientôt Noël ! Pour se rappeler que notre couple est vivant, précieux mais fragile, que c’est par notre force intérieure, notre cohésion et notre bonne volonté à le nourrir qu’il trouvera l’énergie nécessaire pour poursuivre ce merveilleux voyage.

On y trouve notamment les outils et règles d’hygiène relationnelle, en lien avec la méthode ESPERE*, pour aider le couple à traverser les épreuves et se donner les moyens d’aller plus loin ensemble.

Une mine de conseils et de réflexions utiles, indispensables, dans un écrin de poésie…Car Jacques Salomé, spécialiste en relations humaines, est aussi un poète, troubadour à ses heures, qui jongle avec le verbe et les métaphores. Il enchante nos oreilles et notre cœur avec quelques unes de ses poésies sur des notes de piano et de flûte arménienne. On le découvre, enregistré sur un CD… Un cadeau dans cette édition spéciale, proposée par les éditions de L’Homme.

 

*ESPERE : méthode développée par Jacques Salomé qui propose une pédagogie de la communication permettant de mettre en place des relations authentiques et plus apaisées avec les autres.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse mail ne sera pas publiée.