8 causes d’insatisfaction sexuelle dans les couples

9 juillet 2017
, 0 Comments

8 causes d’insatisfaction qui empêchent d’être épanouis sexuellement dans sa relation amoureuse. Comment  y remédier ? La sexologue, Catherine Solano délivre ses conseils , au micro de Claire Hédon pour son émission « Priorité santé », sur rfi.

8 causes d’insatisfaction sont à l’origine de malaises récurrents dans les couples. Lorsqu’ils sont là et qu’ils plombent la relation amoureuse, inutile de se voiler la face. Il faut réagir ! Se prendre en main et ne pas laisser passer le temps, pour ne pas avoir à en souffrir. Mieux vaut en parler rapidement plutôt que d’espérer un changement. Car, une fois les habitudes prises, les modifications ne se feront pas toutes seules.

8 causes d’insatisfaction dans son couple, 8 solutions

 

Garder le problème pour soi

Il suffit parfois de dire les choses pour régler un problème qui semble insurmontable. Si un sentiment amoureux, sincère et solide, unit les deux partenaires, le problème trouvera une solution, dans une entente mutuelle.

Oser se parler, exprimer ses besoins, ses problèmes sont les premiers gestes pour soigner une sexualité qui va mal.

Si c’est trop dur de s’expliquer de vive voix, il est possible de commencer par s’écrire. On prépare sa  lettre en fonction de ce que l’on connaît de son(sa) partenaire, pour ne ne pas le(la) blesser ou le(la) mettre en colère. On prend le temps de choisir ses mots, d’être pondéré dans ses remarques, en veillant à ne pas être dans les reproches et les accusations, (meilleur moyen de braquer son partenaire), mais plutôt dans ce qu’on ressent, ce qu’on aime ou souhaiterait retrouver. Par exemple, on lui rappelle  les belles étreintes du début qu’on aimerait tant revivre ensemble !

Sans tabous et sans pudeur, on n’ hésite pas  à dire qu’on a envie de faire l’amour avec lui (elle).

 

L’amour égoïste

Certains, emportés par leurs propres désirs et fantasmes, dirigent la relation sexuelle du couple, sans trop s’inquiéter des désirs et du plaisir de l’autre. Là encore, il est nécessaire d’en parler très vite ensemble pour éviter blocages, frustrations et souffrances secrètes.

Peut-on tout faire ou tout dire au nom de l’épanouissement sexuel dans son couple ?

Catherine Solano répond « Non » très clairement: « Pour être heureux et épanouis en couple, il faut faire des choses en étant d’accord tous les deux. On n’a pas à convaincre l’autre de faire ces choses qu’il n’a pas envie de faire. On a le droit demander, mais on doit toujours prendre conscience de ce que l’autre veut. »

Ce qui compte le plus pour s’épanouir sexuellement c’est  « Se respecter, s’aimer, s’amuser ensemble dans la sexualité, être dans la joie quand on fait l’amour, se sentir heureux.. »

L’amour n’est pas une mécanique froide et impersonnelle réglée sur l’obligation et la performance. « Internet, la pornographie… souvent on a l’impression que c’est une prestation sexuelle. Qu’une femme doit faire une fellation, doit faire telle position, doit dire oui ou non à la sodomie, mais plutôt oui… »

Elle ajoute que, dans ce contexte, l’homme aurait plus vite fait de se procurer une poupée gonflable !

On peut être épanouis sexuellement sans diversifier les positions, les lieux, les situations. Tout réside dans le plaisir et l’envie de partager ce moment à deux. le plus important est d’ « être dans le partage, la rencontre, la relation ».

 

 La panne d’érection

Quand l’homme a une panne d’érection, cela déclenche un stress sur le moment qui risque ensuite de se reproduire, créant de ce fait un état anxiogène avant le rapport sexuel.

Pour y remédier, deux solutions :

Le médicament :

Le médecin traitant peut prescrire du Sildenafil. Ce générique du viagra, va aider à redémarrer une sexualité confiante. Son action stimule l’érection et diminue de ce fait l’appréhension de ne pas être en avoir. L’effet ne sera peut-être pas dès le premier rapport mais il apparaîtra rapidement. Dans 90% des cas, c’est efficace.

La thérapie :

Catherine Solano propose notamment de suivre des séances de EMDR, « Eye movement desentization and reprocessing », c’est-à-dire reprogrammation et désensibilisation par le mouvement de l’oeil. Cette méthode est utilisée pour traiter le syndrome de stress post traumatique.

Elle s’adresse surtout aux hommes qui ont une peur persistante et qui souhaitent se débarrasser totalement de ce stress. En général, quelques séances suffisent.

 

Un rapport sexuel trop rapide

Quand un rapport sexuel est trop rapide (5 min), les femmes ne sont pas satisfaites. Si l’homme ne change pas, le malaise grandit.

1ère chose : en parler à son partenaire. Lui exprimer ses besoins. Par exemple lui expliquer son désir de caresses sexuelles pour que le câlin dure plus longtemps.

2ème chose : partir à la découverte l’un et l’autre :

Elle conseille un exercice qui aide beaucoup les couples : c’est ce qu’elle appelle « La cartographie sexuelle »: c’est une exploration des zones érogènes, sans sexualité, qui consiste à découvrir les endroits et les gestes qui procurent du plaisir à notre partenaire. La femme pratique des caresses sexuelles au niveau du pénis, des testicules de son partenaire et lui demande ce qu’il préfère : au-dessus, au-dessous, autour, côté gauche ou côté droit, en appuyant, en glissant ou en effleurant. L’homme le fera à son tour pour découvrir les zones sensibles de sa partenaire.

Cet exercice rapproche beaucoup les deux partenaires, développe leur connaissance mutuelle et nourrit leur complicité.

 

Les soucis ne favorisent pas la libido

Tous les soucis, travail, famille, difficultés financières… peuvent entraîner des difficultés sexuelles.

« Quand le corps se dit « au secours, j’ai plein de problèmes à résoudre », il met la sexualité de côté pendant un moment. » Il choisit de se consacrer aux problèmes de façon à les résoudre.

Quand on traverse une période difficile qui nous impose une diminution de notre désir de sexualité, il est important de l’expliquer à son (sa) partenaire pour le(la) rassurer et dissiper tout malentendu. Le silence et l’orgueil ne conduisent qu’à creuser les incompréhensions et l’éloignement.

 

Éjaculation précoce 

Pour que la relation soit épanouissante au sein du couple, l’homme doit avoir conscience de son éjaculation précoce et avoir envie de satisfaire sa partenaire.

On fait une part de choix aux préliminaires. Ils peuvent être longs, tendres, sensuels sans être sexuels justement : baisers sur le corps (en évitant la zone sexuelle), caresses, massages doux.

Il est possible aussi de choisir une position susceptible de faire durer plus longtemps le désir sexuel.

La sexologue propose notamment la position de l’homme qui doit rester immobile et passif sur le dos. C’est la femme qui est active au-dessus de lui.

 

Éjaculation lente

La première cause est liée à la prise de médicaments notamment les antidépresseurs ou les drogues.

La deuxième cause peut être liée à des habitudes masturbatoires éloignées de la sexualité avec une femme. Pour cela, Catherine Solano conseille de s’exercer à une masturbation qui se rapproche le plus possible d’ une relation sexuelle dans un vagin, de façon à apprendre le corps à éjaculer plus vite.

Autres possibilités :

« penser à un fantasme éjaculatoir ». Ce sont des idées, des pensées ou des images qui vont déclencher l’éjaculation.

Faire des mouvements de va et vient lents, puis une accélération subite. Cela peut favoriser une éjaculation plus rapide.

 

La femme passive

Pour ne plus être frustrée et insatisfaite lors des rapports sexuels, la femme a un rôle majeur a joué. Par son action, elle contribue à l’épanouissement sexuel de son couple. En maîtresse de la sensualité, elle a un rôle d’initiatrice et de guide à remplir.

Selon la sexologue, il est multi dimensionnel.

« C’est très important qu’elle prenne sa place et qu’elle ne réponde pas aux désirs de l’homme. Sinon elle ne va pas lui apprendre la sensualité, parce que les hommes sont parfois un peu brut de décoffrage, ils ont besoin d’apprentissages. Une femme qui va les éveiller au plaisir, aux préliminaires, à la durée, aux sentiments, aux émotions. »

Qu’on se le dise, les hommes ont des choses à apprendre. La toute première est comment donner du plaisir à sa partenaire.

Ce que l’homme ne doit jamais oublier pour ne pas rater le plaisir de sa femme dans un rapport sexuel, c’est qu’elle a un clitoris !

Si le plaisir de l’homme siège principalement dans son pénis, celui de la femme siège dans son clitoris. 98% des femmes jouissent avec leur clitoris. Les femmes ont donc besoin d’être stimulées sur cette zone essentielle, de la même manière que les hommes ont besoin de stimuler leur pénis pour éprouver du plaisir. Il semblerait que beaucoup d’hommes l’ignorent encore, souligne Catherine Solano, « Pour une femme, un rapport sexuel c’est surtout un orgasme à partir du clitoris, que ce soit avec  un cunnilingus ou avec des caresses. »

De plus, les caresses sur le clitoris stimulent la lubrification – Ça prépare la pénétration. Deux bonnes raisons pour s’y attarder.

Belle sexualité les amoureux !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse mail ne sera pas publiée.