Confinement et garde alternée… Que faire ?

28 mars 2020
, 0 Comments

Prolongé jusqu’au 15 avril prochain, le confinement, annoncé par le président Emmanuel Macron le 16 mars dernier, a semé le trouble et l’inquiétude chez de nombreux parents séparés ou divorcés. Que faire dans ce contexte exceptionnel ? Vont-ils pouvoir continuer d’assurer la garde alternée de leurs enfants ?

En France, ce sont en effet plus de 400 000 enfants qui vivent, la moitié de leur temps, en résidence alternée chez leurs parents séparés. A l’annonce du confinement, ils ont été nombreux à s’inquiéter. Comment gérer la garde alternée de leurs enfants dans ce contexte stressant et incertain ? Est-il possible encore d’emmener ou d’aller chercher son enfant chez son ex-conjoint (e) ?

La réponse est donnée le soir même par Marlène Schiappa, secrétaire d’Etat à l’Egalité Femmes-Hommes qui rassure les parents sur son compte twitter : 

“Oui, les parents séparés peuvent aller chercher, déposer ou ramener leurs enfants chez l’autre parent.”

Pour autant que la réponse rassure, la situation de confinement ne facilite pas les choses, explique le psychothérapeute et médiateur familial, Pascal Anger :

“Ce n’est déjà pas simple en temps normal de mettre en place une semaine chez le père et une semaine chez la mère, mais en période de confinement cela relève d’un véritable casse tête. C’est une période inédite et nous devons nous adapter chaque jour aux consignes et aux mesures du gouvernement.”

Il est vrai que le confinement est une expérience tout à fait nouvelle pour la grande majorité d’entre nous. Cette situation inconnue nécessite des capacités d’adaptation, la mise en place de nouvelles stratégies qui vont puiser dans nos ressources personnelles, favorisant fatigue et tension nerveuse.

On peut trouver des médiateurs familiaux qui par téléphone ou par Skype pourront répondre à vos questions.

Pascal Anger

Dans ce climat, les sensibilités sont à fleur de peau. La peur de la contamination, l’épreuve du confinement… déboussolent, fragilisent, et rendent plus facilement irritables. Une atmosphère pas toujours favorable pour la conciliation entre certains parents séparés qui ont du mal à s’entendre. Heureusement, malgré la fermeture des espaces réservés à la médiation familiale, des professionnels répondent aux  interrogations des parents en cas de mésentente :

“Souvenons nous qu’en cas de litige il sera difficile de mettre les deux parents d’accord. Nous sommes en période de confinement, les tribunaux travaillent au ralenti et les centres de médiation ainsi que les points rencontres sont fermés. Néanmoins, on peut trouver des médiateurs familiaux qui, par téléphone ou par Skype, pourront répondre à vos questions…” rappelle Pascal Anger.

Il est important de relativiser, d’être patient et de tenter coûte que coûte de trouver un terrain d’entente. »

Pascal Anger

Dans ce contexte très particulier, il serait alors bon d’essayer de réagir différemment, de mettre entre parenthèses les rancunes, les conflits d’intérêts, et de privilégier l’effort d’écoute et de compréhension mutuelle, afin de trouver ensemble les solutions les plus raisonnables et les plus sécurisantes. Pour cela, il convient de prendre en compte les risques engendrés par cette crise sanitaire hors-norme. S’adapter, respecter les règles de confinement pour limiter les ravages de la contamination sont plus que jamais nécessaires.  Comment ? En abordant la situation avec plus de souplesse, de bienveillance, et en communiquant davantage, conseille le psychothérapeute :

“On peut se dire que le confinement ne va rien changer à la garde alternée, on devrait pouvoir se référer au jugement. En théorie l’un des deux parents ne doit et ne peut s’opposer au jugement. Dans la réalité, il en est parfois autrement. Les choses peuvent se complexifier si les parents habitent loin l’un de l’autre. Le climat actuel s’avère  anxiogène pour certaines familles, il est important de relativiser, d’être patient et de tenter coûte que coûte de trouver un terrain d’entente.”

Les trois principales recommandations du médiateur familial

Communiquer

“Communiquer par visio, par sms, par ce que vous voulez mais communiquer… C’est un moment de crise. Mieux vaut apaiser les rancœurs et être en paix. Pour réussir une résidence alternée en période de confinement, il semble important de se faire confiance, de communiquer le plus possible par téléphone ou par skype ou en respectant les barrières de sécurité.”

Privilégier le dialogue entre parents et enfants

“Certains parents souhaitent mettre entre parenthèses  la garde alternée le temps du confinement, ils ont parfaitement le droit s’ils sont tous les deux d’accord. Ajustez vos besoins à ceux de vos enfants me parait être la bonne solution. Dire vos besoins de parent à l’autre en cette période tourmentée peut vous aider à avoir davantage confiance, car être éloigné de son enfant, quand le monde va mal, n’est pas chose facile.”

Ne pas oublier

“Côté santé, bien prévoir les médicaments nécessaires pour éviter les déplacements.

Côté scolaire, bien prévoir les livres et les cahiers pour éviter les déplacements.

Attention il faut se munir de l’autorisation dérogatoire.”

Pascal Anger est médiateur familial, psychothérapeute et psychanalyste :   http://www.pascalanger.fr/

Les autorisations dérogatoires

N’oubliez pas de vous munir de l’attestation de déplacement dérogatoire. Prévoyez-en deux : une pour l’aller et l’autre pour le retour.

Vous trouvez cette attestation sur le site du gouvernement :

l’attestation individuelle, à télécharger au format PDF (73 ko), au format DOC (16 ko), au format TXT (1 ko) ou à reproduire sur papier libre ; elle doit être remplie pour chaque déplacement non professionnel.”

Quelques réponses aux questions que vous vous posez et que vous pouvez trouver également sur le site du gouvernement : https://www.gouvernement.fr/info-coronavirus

Mes enfants sont en garde alternée, puis-je effectuer les allers-retours nécessaires pour aller les chercher ?
Oui, vous pouvez aller chercher vos enfants quelle que soit la distance. Il s’agit d’un déplacement pour motif familial impérieux.”

Quelles conséquences pour les enfants des parents divorcés, notamment ceux qui vivent dans des régions différentes ?
Le déplacement pour aller chercher ses enfants dans le cadre d’une garde alternée est autorisé quelle que soit la distance. Il s’agit d’un déplacement pour motif familial impérieux.”

Qu’est ce qu’un déplacement “pour motif familial impérieux” ?
Il s’agit d’autoriser des déplacements dont la nécessité ne saurait être remise en cause (blessure d’un proche, accompagnement d’une personne vulnérable ou non autonome, décès d’un membre de la famille proche)”

“Peut-on aller chercher des proches à la gare ?  
Sauf nécessité pour porter assistance à des personnes ne pouvant se déplacer seules (personne à mobilité réduite, enfants…) vous ne devez pas aller accueillir vos proches dans les gares et aéroports.”

La durée de ce déplacement n’est pas limitée.

Les comportements indispensables pour protéger tout le monde

Il est important de limiter la propagation du virus lorsque l’enfant passe de l’un à l’autre des parents. Il existe des gestes simples et indispensables pour la santé de tous :

Respecter une distance de 1 mètre avec les autres personnes.

  • “Se laver les mains très régulièrement
  • Tousser ou éternuer dans son coude ou dans un mouchoir
  • Saluer sans se serrer la main, arrêter les embrassades
  • Utiliser des mouchoirs à usage unique et les jeter »

Et bien sûr, limiter au maximum les déplacements, c’est le devoir et la responsabilité de chacune et chacun d’entre nous. Face à l’ampleur et la rapidité de propagation du SARS-COV-2, nous en sommes désormais tous bien conscients.

Quelques numéros utiles :

Numéros d’urgence et d’écoute :
Violences sur les enfants 119https://www.allo119.gouv.fr/
Violences conjugales 3919 https://arretonslesviolences.gouv.fr
Attention, en cas de danger immédiat contacter le 17.

Prenez soin de vous et de vos proches.

Dans cette période si particulière, soyons bienveillants et solidaires

Laisser un commentaire

Votre adresse mail ne sera pas publiée.