Comment exprimer l’amour qui comble et enrichit nos relations ?

12 octobre 2020
, 0 Comments

Comment exprimer l’amour ? De nombreux couples ne parviennent pas à se parler vraiment. Maladresses de langage, manque d’attention, absence d’éducation… L’amour se cache souvent derrière des sous-entendus. Et s’il suffisait de le laisser diffuser naturellement, sans arrière-pensée, pour se sentir comblé ?

Comment exprimer l’amour de façon à ce que l’autre se sente choyé et aimé ? Si cela coule de source dans la phase “lune de miel” qui correspond aux premiers mois de la relation, les choses se complexifient par la suite.

Malgré la sincérité de leurs sentiments, certains couples, au fil du temps, prennent des habitudes, accumulent des non-dits, génèrent des malentendus, stockent des rancœurs, produisant déconvenues, disputes, mal-être et parfois souffrance. Il y a comme un hiatus entre ce qu’ils éprouvent profondément et ce qu’ils montrent à leur partenaire.

Noyés dans un flot de désirs, de besoins inassouvis, de frustrations, d’incompréhensions, d’émotions et de sentiments dont ils ignorent généralement la cause, ils se retrouvent souvent bloqués pour exprimer leur amour.

La relation devient alambiquée : ils parlent le plus souvent à demi-mots, font beaucoup de choses à contrecœur. Les échanges se compliquent, perdent en authenticité, en fluidité et en fraîcheur. Tout se passe comme si l’amour devait inexorablement diminuer pour disparaître complètement.

 

S’il n’est pas facile d’exprimer l’amour, c’est que  nous n’avons pas été éduqués à le faire

 

Et pourtant, l’amour est en nous. Nous le portons comme une richesse naturelle, inscrite profondément au cœur de nos cellules. Dès que nous vivons une expérience heureuse et agréable, notre corps libère des hormones qui génèrent une sensation de bonheur. Nous les surnommons, pour cette raison, les hormones de l’amour. La dopamine nous porte vers les autres, l’ocytocine nous permet de maintenir nos liens avec eux, et  la sérotonine favorise notre sentiment de bien-être en leur compagnie.

Tout est là pour que nous vivions des relations joyeuses et harmonieuses avec les autres. Qu’est-ce qui fait alors que nous vivons beaucoup  plus dans la difficulté relationnelle que dans l’harmonie ?

 

Les freins à l’amour

 

En fait, s’il n’est pas facile d’exprimer l’amour, c’est que  nous n’avons pas été éduqués à le faire, explique le docteur en psychologie appliquée, Marshall B. Rosenberg.

Il est beaucoup plus facile pour la plupart d’entre nous d’exprimer nos ressentiments, nos rancœurs, nos frustrations, nos jugements, nos reproches, nos critiques, nos exigences, notre culpabilité, notre honte… car notre éducation nous familiarise davantage à ces modes d’expression. Dans nos sociétés occidentales, les valeurs de domination, de performance, de compétitions, d’injonctions, de menaces, de punitions et de récompenses sont prédominantes. Il est donc devenu plus facile d’exprimer  la violence plutôt que l’amour.

Cette banalisation de la violence se traduit dans de nombreuses tournures de phrases que l’on peut entendre au sein des couples :

  •  « Si tu ne restes pas avec moi ce soir, je ne viendrai pas te voir la semaine prochaine. »
  • « Montre toi plus amoureux. »
  • « Je serai plus  gentille avec toi quand tu  accepteras de m’écouter. »
  • « Tu as grossi, tu te laisses aller. Ta sœur est beaucoup plus attentive à sa ligne. »
  • « Je n’accepte pas que tu rentres en retard. »
  • « Tais-toi ! » etc.

Ainsi, nous exprimons régulièrement notre mécontentement, nos insatisfactions ou nos exigences, mais beaucoup plus rarement notre compréhension, notre plaisir d’être avec l’autre, notre reconnaissance et notre bonheur de l’aimer. Il y a comme un frein permanent à l’expression de l’amour.

 

Comment exprimer l’amour plus naturellement ?

 

Selon notre histoire personnelle, nos valeurs familiales, nos blessures d’enfant, nos expériences, nous avons appris à  verrouiller ou à libérer notre amour inné. Cela, à des degrés plus ou moins différents.

Lorsqu’il n’y a pas suffisamment de conscience, de calme, de paix intérieure, de confiance, de sentiment de sécurité, de stabilité, de bienveillance, de détermination, nous ne sommes pas en mesure d’exprimer sereinement l’amour qui est en nous. Le plus souvent nous alternons entre fermeture et ouverture du cœur. Nous oscillons entre la confiance (amour) et la méfiance (violence). C’est notamment ce qui rend l’expression de l’amour difficile, génère les malentendus et crée les  tensions et les disputes dans les relations amoureuses.

 

Développer la communication du coeur

 

Depuis qu’Adrien rend visite chaque vendredi soir à son ami Fred, Mylène se sent délaissée. Dans la crainte qu’il ne se fâche, elle ne lui en parle pas. Elle rumine intérieurement et se renferme. Sa frustration et sa rancœur ressortent chaque jour, de façon détournée par une humeur maussade, et le refus de partager des moments agréables avec Adrien. La relation s’altère et le sentiment amoureux  se dégrade.

Pour ne pas en arriver là, Mylène aurait pu faire part de sa tristesse  à Adrien. Elle aurait pu lui exprimer sa douleur  de manière concrète et factuelle, sans accusation, ni reproches, ni exigences particulières, ce qui aurait éviter toute réaction vive ou résistance au dialogue,  de la part d’Adrien.

Exemple : “Je suis triste quand tu rends visite chaque vendredi soir à ton ami Fred parce que je le prends comme un délaissement. J’ai besoin de parler de ma peur de l’abandon avec toi.”

 

Comment exprimer l’amour qui comble et enrichit nos relations ?

La communication Non Violente

 

En pratiquant les bases de la Communication Non Violente, élaborée par Marshall B.Rosenberg, nous renforçons notre capacité à améliorer la qualité de notre relation. Nous parlons avec notre cœur et exprimons ce qui se passe en nous, précisément, sans attribuer à l’autre la responsabilité de notre douleur. Ce mode de communication favorise la confiance et la sécurité. Elle encourage l’écoute mutuelle et la bienveillance. Elle enrichit la relation et contribue au bien-être de chaque partenaire.

Selon Marshall B. Rosenberg, pour savoir comment exprimer l’amour  et combler l’autre, il faut choisir l’élan du cœur et laisser aller nos aveuglements et nos conditionnements. Il explique comment certains comportements freinent l’élan du coeur. 

 

4  entraves à la communication du cœur

 

La critique

Cette forme de communication implique que “l’autre a tort ou qu’il est mauvais”.

Considérer que l’autre a tort sous entend le plus souvent un ensemble de reproches, de dénigrements, de jugements, de non-conformité, et peut s’accompagner d’insultes et de mépris.

Cela sous entend toujours la notion de “Tu devrais” et de manière implicite : “Tu ne devrais pas être tel que tu es”.

Exemple : “Ton problème, c’est que tu es insouciant”.

Cette critique globale peut également sous entendre “tu es irresponsable”,  “tu es égoïste”, “tu es indifférent”, “tu es immature”, “tu n’es pas ce que j’aimerais que tu sois”, “tu n’as pas les pieds sur terre”, “tu ne corresponds pas à la norme”… etc.

Nous voyons que le langage contient beaucoup de sous entendus. C’est pour cette raison qu’il est utile d’être attentifs et vigilants aux mots que nous utilisons pour nous exprimer.

 

Le déni de responsabilité

Une autre entrave à la communication du cœur consiste à se déresponsabiliser des orientations de notre vie, de nos comportements, de nos pensées et de nos sentiments.

Le discours est alors souvent accompagné de verbes tels que “falloir” ou ” devoir”

Exemple : “Il faut que je le fasse, c’est le règlement.”“Je dois réagir comme cela, c’est plus fort que moi.”

Cette manière de renvoyer ses propres actions à la responsabilité des autres ou d’une  pulsion incontrôlable est une façon de se dédouaner de sa part de responsabilité dans une situation donnée.

“Je l’ai giflé parce qu’elle m’a provoqué.”, ” Je ne fais qu’appliquer la loi.”, “J’ai commencé à fumer pour faire comme tout le monde.” 

 

Les exigences

Exiger c’est laisser planer la menace d’une punition ou d’un blâme au cas où ce qui est demandé ou attendu ne serait pas réalisé par la personne ciblée.

 

Les actions qui méritent récompense ou punition

Exemple : “Il mérite d’être puni pour ce qu’il a fait.” A l’inverse “Elle mérite une belle récompense pour son travail.”

 

Nous parlons avec notre cœur et exprimons ce qui se passe en nous, précisément, sans attribuer à l’autre la responsabilité de notre douleur.

 

Dans la Communication Non violente, on apprend donc à faire la différence entre nos croyances, nos perceptions et la réalité. Nous apprenons aussi à observer ce qui se passe en nous, ce que l’on ressent, ce dont on a besoin, et réciproquement, à observer et écouter ce qui se passe en l’autre, ce qu’il (elle) ressent et ce dont il (elle) a besoin.

Quand nos besoins sont insatisfaits, la Communication Non Violente propose une manière d’exprimer notre demande.

S’exprimer dans un langage clair et précis

Il s’agit d’exprimer nos besoins dans un langage clair, positif, qui énonce des actions concrètes.

Nous allons plutôt exprimer ce que l’on veut et non pas ce que nous ne voulons pas, en veillant à ne pas utiliser des termes vagues et abstraits.

Exemple de demande vague : “J’aimerais que tu prépares le dîner plus souvent.”

Exemple d’une demande concrète et précise : “J’aimerais que tu prépares le dîner, le lundi et le mardi chaque semaine parce que je rentre plus tard ces jours-là et que j’ai besoin de repos.”

Cette façon de l’exprimer encourage “la bonne volonté et la capacité de l’autre à nous rendre la vie plus agréable dans un esprit de bienveillance.

 

Le sourire de l’amour…

L’empathie accompagne, de toute évidence, la Communication Non Violente. Elle permet d’écouter attentivement l’autre et de le (la) comprendre sans jugement, ni rejet.

Il s’agit de porter totalement notre attention à notre partenaire qui se sent écouté(e) et compris(e). Nous le (la) laissons exprimer librement ses sentiments et ses besoins. Cette écoute profonde et bienveillante, produit un sentiment d’apaisement intérieur. Et même si notre partenaire ne répond pas favorablement à toutes nos demandes, nous savons qu’il (elle) est animé(e) par l’énergie du cœur. Nous savons qu’il (elle) vibre aux ondes de l’amour avec l’intention pleine, naturelle, libre et positive, de nous rendre la vie meilleure.

Nous nous sentons entendu(e) et comblé(e) dans nos besoins. Nous éprouvons alors une douce chaleur et une profonde gratitude à son égard. L’amour circule et sourit à notre relation.

 

Cpmment exprimer l'amour qui comble et enrichit nos relations ?

L’amour se montre tel qu’il est, sans masque, dans sa simple vérité et sa pure authenticité.

Laisser un commentaire

Votre adresse mail ne sera pas publiée.