Site Overlay

L’optimisme, une voie vers le mieux-être

L’optimisme, un potentiel à développer. Pour affronter et dépasser des crises, vivre plus sereinement et concevoir l’espoir. Mais aussi, pour améliorer notre qualité de vie, réaliser nos objectifs, rien de tel que la pensée positive !

L’optimisme, sans être aveugle ou béat, a un fort potentiel de bien-être. De nombreuses recherches ont montré ses effets bénéfiques sur la santé mentale et physique. Les conclusions de ces études confirment l’influence des émotions positives sur la longévité de la vie.

Elles montrent également que la motivation est un facteur de vitalité essentiel pour l’équilibre global de chacun(une) au quotidien. Pourtant, bien que ces dispositions d’esprit se révèlent très bénéfiques, personne ne les possède d’emblée. L’optimisme n’est pas un élément intrinsèque à l’individu. Selon les récentes études, il n’est pas inscrit dans nos gènes et par conséquent, il n’est pas inné. Si nous souhaitons profiter de ses bienfaits, Il nous faut alors le programmer.

 

Selon la manière dont nous pensons les situations, nous développons l’espoir ou le désespoir.

En fait, l’optimisme est comme le respect, la communication, l’écoute, l’empathie… c’est un aspect culturel de la vie humaine – et, comme toute composante culturelle, cela s’apprend et se développe dans notre manière d’être, et de concevoir les choses de la vie.

Martin Seligman, fondateur de la psychologie positive, définit ainsi les habiletés avantageuses des optimistes : “Les personnes qui fournissent des explications permanentes et universelles aux événements positifs, ainsi que des explications temporaires et spécifiques aux événements négatifs, rebondissent rapidement après des problèmes et persévèrent facilement lorsqu’elles ont réussi une fois.

Quelques exemples 

Explications permanentes et universelles : “La vie est belle.”, “L’humain est capable de sagesse et de raison.“, “J’ai toujours trouvé des solutions à mes problèmes, j’ai des ressources pour dépasser cette situation difficile.”  etc.

Explication temporaire et spécifique : cette disposition d’esprit repose sur l’idée que les circonstances défavorables restent temporaires :  “Je n’étais pas en forme hier et mes résultats ont été moins bons.

Ainsi, selon la manière dont nous pensons les situations, plus ou moins difficiles que nous rencontrons, nous développons l’espoir ou le désespoir. Le pessimiste généralise ses problèmes et en fait une affaire personnelle :”Je suis fragile et incapable de me défendre.” L’optimiste dira de son côté “Mes parents ne m’ont pas appris à me défendre lorsque les autres me manquaient de respect.”

 

Un optimisme lucide

Il ne s’agit pas bien sûr de ne voir que le côté positif des choses. Il est préférable d’envisager plusieurs scénarios dans le cadre d’un contexte particulièrement compliqué ou incertain. Il convient alors de prendre le temps d’analyser la situation dans sa globalité. C’est le cas notamment pour la situation de crise sanitaire que nous traversons. Certains(nes) voient la vaccination comme la solution miracle pour un retour à la vie normale. Cet optimisme et cette adhésion aveugles, sans prendre le temps de l’analyse et de la réflexion, s’avèrent bien risqués. Les effets, à moyen et long terme, de ces injections vaccinales ne sont pas encore connus, et nous déplorons déjà des décès post-vaccination à court terme. Peut-être serait-il plus juste et mesuré d’envisager et d’accueillir toutes les solutions qui existent et se révèlent efficaces pour des « variants », somme toute, pas plus mortels que la grippe : traitements, hygiène de vie et préventions.

 

Comment cultiver l’optimisme ?

Apporter du positif, du bonheur et de l’épanouissement dans sa vie quotidienne, c’est possible, en adoptant cinq attitudes tout particulièrement :

Stopper les ruminations 

Penser sans cesse au passé et regretter tout ce qui n’a pas fonctionné ne fait qu’empirer un sentiment d’échec. Pour ne pas amplifier la colère, la tristesse et la souffrance qu’un événement du passé suscite en nous, mieux vaut après l’avoir évoqué, envisager les meilleures solutions qui nous permettront de ne pas reproduire cette situation malheureuse.

Reconnaître sa propre responsabilité lorsqu’un événement heureux se produit 

Penser que ce sont les aspects forts de notre caractère qui nous ont permis de réussir telle ou telle autre réalisation dans notre vie, nous aide à nous sentir acteur(trice) de notre réussite. Nous nous percevons concrètement à l’origine de nos progrès, grâce à notre volonté et aux atouts de notre personnalité. Cela contribue au renforcement de notre estime et de notre confiance personnelle.

Activer ses forces de caractère 

Ces forces sont nos atouts. Elles nous permettent de nous réaliser et de progresser. En les développant, nous devenons capables de mettre en place, à chaque fois que c’est nécessaire,  des stratégies adaptées pour dépasser nos difficultés.

Apprendre à voir le monde de manière positive 

Voir les qualités plutôt que les défauts, nos capacités plutôt que nos inaptitudes, notre courage plutôt que notre pusillanimité contribuent, entre autres, à notre optimisme.

Dans notre vie quotidienne, prendre le temps de regarder ce qui nous plaît, de dire ce que l’on aime, d’apprécier ce qui est bon et agréable chez les autres et dans les événements de notre vie, augmentent notre sensation de bien-être.

Diminuer les pensées négatives 

Appréhender une chose en n’observant que l’une de ses faces n’est pas nécessairement juste. Parfois, nous ne voyons que le mauvais côté des choses. Nous n’envisageons que le pire scénario d’une situation, ou nous nous focalisons sur le petit défaut qui la rend imparfaite. Demandez-vous si chaque pensée négative qui vous traverse est vraiment justifiée et fondée. Faites l’effort d’examiner les choses de manière plus objective. Cette vision plus réaliste et modérée vous aide à entrevoir la situation sous un autre jour qui peut alors se révéler plus favorable.

 

Une pratique positive

Imaginez-vous dans un avenir positif. Même si vous traversez une période pénible, c’est le cas en cette période de confinement imposé, imaginez un futur réaliste et positif.

Dans un premier temps, durant une dizaine de minutes, au cours d’un moment calme, écrivez la vie telle vous aimeriez qu’elle soit, ou comme vous l’avez toujours souhaitée. Imaginez que vous êtes parvenu à réaliser tous vos objectifs, et que vous avez fait votre maximum pour atteindre ce résultat. Concentrez-vous sur toutes les émotions et les pensées que cela vous procure. Notez spontanément tout ce qui vous vient à l’esprit.

Dans un deuxième temps, interrogez-vous sur les effets de cet exercice : Comment avez-vous ressenti émotionnellement cet exercice ? Qu’est-ce que cet exercice a touché dans votre image de vous-même ? Est-ce que cet exercice a stimulé votre motivation ou votre inspiration ? De nouveaux possibles sont-ils apparus après l’exercice ? Y a-t-il quelque chose qui a changé après l’exercice ? Si oui, notez ce qui a changé.

 

La motivation est notre volonté de fournir des efforts pour atteindre nos objectifs et l’optimisme en est la clef.

 

L’optimisme est générateur d’espoir et de motivation. Il ouvre un nouveau champ de possibles, nous aidant à sortir de nos peurs, de notre inertie, de notre apathie, de notre enfermement. C’est un véritable moteur d’actions qui nous permet d’avancer en confiance. La motivation est intimement liée à l’optimisme. Réaliser les objectifs qui nous sont chers, manifester ce qui compte à nos yeux, déployer le meilleur pour une vie alignée avec nos valeurs… sont des pensées et des actions positives, directement issues d’un cerveau optimiste. C’est celui-là qui nous encourage à poursuivre, à espérer, à agir, malgré les difficultés, pour notre épanouissement, notre liberté et notre mieux-être. La motivation est notre volonté de fournir des efforts pour atteindre nos objectifs et l’optimisme en est la clef.

 

Devenir les acteurs et actrices de notre évolution

L’optimisme, c’est être conscient de ses forces et de ses faiblesses. Savoir que nous ne sommes pas uniquement responsables de celles-ci – elles dépendent de notre éducation, de notre culture, de notre histoire personnelle – mais que nous sommes les acteurs et actrices de notre évolution et de notre épanouissement. Car nous sommes capables de nous prendre en main pour tracer notre chemin.

Etre optimiste, c’est accepter l’idée que personne n’est parfait, et que tout le monde peut développer les moyens de progresser et d’avancer vers un soi et une vie meilleure. 

L’optimisme, c’est comme le printemps : c’est laisser monter la sève de la vie et du renouveau en soi, et la célébrer tout autour de soi. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copyright © 2021 Parle-moi d'amour.
Défiler vers le haut
%d blogueurs aiment cette page :